Workplace

[Tribune] “Peut-être que ma génération ne saurait être un exemple.” (Siguiré)

Ceci est une tribune de l’écrivain professionnel Adama Siguiré.

Workplace
Annonces
Workplace

En 2017, je vivais avec mon frère dans un quartier à Ouagadougou. Le 15 octobre 2017, il y’a eu un panel au Conseil Burkinabè des Chargeurs et j’y étais. Le soir, de retour à la maison, j’ai dit à mon frère que nous sommes allés célebrer notre héros, le capitaine Thomas SANKARA. Il a ri et il m’a dit:” Eh pourtant, vous, vous n’avez rien de SANKARA. Des gens qui aiment trop l’argent et le luxe ne peuvent pas ressembler à SANKARA. “. J’ai ri et nous avons continué à bavarder. Je me rappelle chaque fois ces dires quand je vois des gens à l’épreuve du pouvoir. Hier,on demandait la clarté et la transparence. Aujourd’hui, on défend le flou et la confusion. Je comprends souvent nos jeunes frères qui viennent nous insulter sur nos pages . Ils ne peuvent pas faire confiance en nous parce qu’ils ont vu toutes les manipulations dans ce pays. Quand on n’a pas le pouvoir, on est droit. On défend la veuve et l’orphelin. On défend le juste. Quand on a le pouvoir, on devient méconnaissable. On défend les bourgeois. On défend le gouvernement et toutes ses turpitudes. La dernière fois,un jeune est venu dire sur ma page:”Vous allez voir SIGUIRE ici, vous allez le voir quand il aura une parcelle de pouvoir”. J’avoue que son commentaire m,a fait peur quand je vois moi-même comment les gens changent de vestes, tournent en rond, défendent ce qu’ils ont combattu hier quand ils ont le pouvoir. Ça fait peur. Ça fait peur de trahir des hommes et des femmes qui ont cru en vous .

Personnellement, en faisant une analyse psychanalytique, j’arrive à la conclusion, que le Burkina ne doit pas compter sur les hommes et les femmes de ma génération parce que c’est une génération qui a échoué,c’est une génération égoiste qui sera incapable de propulser le développement. Et j’ai opté pour l’humilité devant mes propres élèves. Je leur dis ceci:” Vous êtes notre espoir. Vous êtes l’espoir du Burkina. Moi, j’ai été à l’école sous le pouvoir de Blaise COMPAORÉ. On ne nous a rien appris comme valeurs. Nous, nous avons cru que réussir,c’est avoir une villa,une voiture et de l’argent pour chercher toutes les belles femmes et boire la bière. Beaucoup de gens de ma génération qui étaient bons à l’école ont eu cela. Mais voilà le Burkina. Il se porte très mal. Moi, je vous conseille la solidarité entre vous et surtout l’amour. Vous devrez tout partager entre vous, de façon sincère. Vous devrez vous aimer. Nous, nous ne nous aimons pas et cela fait que nous ne sommes pas solidaires. Si votre génération échoue,c’est fini pour le Burkina. “

Oui, je pense que nous devons être humbles et reconnaître nos limites. Notre génération a un grand mal et c’est sa propension à s’enrichir par tous les moyens. Entre nous, celui qui a réussi est celui qui a emmagasiné des millions, peu importe la manière. Nos luttes sont loin d’être souvent sincères. Nous cherchons généralement la courte échelle. Nous dénonçons quand nos conditions de vie sont misérables. Défendre la veuve et l’orphelin est le cadet de nos soucis..Nous cherchons généralement une place au soleil et cela, parce que l’argent est notre seule valeur. A l’épreuve du pouvoir, des honneurs et de l’argent, nous sommes incapables de défendre le bien, le juste et la morale. Nous devenons subitement des juristes, des philosophes ou des spécialistes en manipulation. Et cela fait qu’il est difficile de croire en nous. C’est difficile. Et les gens ont raison.

Adama Siguiré

Note de ACTUALITE.BF : Vous pouvez acquérir les récents ou anciens ouvrages de l’écrivain Adama Siguiré, en le contactant au téléphone ou par whatsapp au (00226) 70 59 32 84.

Workplace