Workplace

CENI : Newton est fier de son bilan; Elysée a la tête aux municipales

C’est en présence du ministre d’Etat chargé de l’Administration territoriale et de la décentralisation, Clément P. Sawadogo, qu’a eu lieu ce 02 août 2021, la passation de charges à la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), entre le président sortant Newton Ahmed Barry, et le président entrant Elysée Ouédraogo .

Le président sortant de la CENI, dans sa prise de parole, a souligné que cette cérémonie symbolise le charme de la démocratie et de l’alternance. Car, “prendre service, c’est déjà penser à ce moment redoutable de la passation de service. Redoutable, car c’est le moment fatal du bilan”, a t-il ajouté. Selon Newton Ahmed Barry, du point de vue institutionnel, il laisse en héritage, une CENI qui a maintenu et renforcé la tradition des élections où les vaincus vont féliciter le vainqueur. « Nous avons donc maintenu ce challenge inauguré en 2015. Nous vous le laissons en héritage », a indiqué le président sortant. Et d’ajouter : « Sur le coût de l’enrôlements des électeurs, nous avions prévu, dès notre arrivée en responsabilité, que notre mode d’enrôlement des électeurs était inutilement coûteux et peu performant. Helas! C’est encore lui qui a grevé le coût de nos élections, pour près de 33 milliards de Francs CFA, là où l’opération électorale n’a coûté que 21 milliards, en vérité, 20,6 milliards que nous avons arrondi à 21 milliards ».

Pour l’ex-président de la CENI, il est possible d’enrôler à zéro franc : « Nous avons pu construire un mécanisme à 300 millions de francs avec nos jeunes informaticiens burkinabè qui nous permet de le réaliser. A titre de comparaison, le système que nous avons acheté aux multinationales nous a coûté autour de 20 milliards (tout le backage).Tous les ans, nous devons provisionner 200 millions pour les différentes mises à jour et les entretiens de ce materiel. Nous ne sommes pas condamnés à cela, si nous voulons », a argumenté M. Barry.

Selon Newton Ahmed Barry, en 2016, lui et son équipe avaient hérité de 70 millions de francs de carburant et, à leur départ, ils laissent 350 millions de francs de carburant. Soit 5 fois plus que ce qu’ils avaient reçu. En terme de ressources financières, M. Barry a dit laisser à l’équipe entrante 275 000 000 de francs hors budget de fonctionnement, qui vont faciliter le déploiement rapide, au regard des urgences à affronter pour être au rendez-vous du 22 mai 2022. Des ressources qui, selon lui, ont été obtenues de la CEDEAO, et qui sont réservées aux municipales.

Ce bilan, Newton Ahmed Barry l’a qualifié de collégial. Il a terminé en remerciant les commissaires et le personnel technique, le chef de l’Etat, la Fédération des Associations Islamiques du Burkina (FAIB), et Maître Halidou Ouédraogo, président de la CODEL, pour leurs soutiens.

Quant au président entrant, il a remercié toutes les personnes qui ont œuvré à son élection, et a appelé tous les acteurs à l’union. Il a par ailleurs indiqué que son prédécesseur, Newton Hamed Barry, et l’ancien président de la CENI, Maître Barthelemy Kéré, sont des personnes-ressources sur lesquelles il allait s’appuyer pour réussir son mandat.

Pour Elysée Ouédraogo, les élections municipales à venir sont le premier véritable challenge, car son équipe n’aura pas assez de temps pour préparer le scrutin, contrairement à d’autres.

Workplace