Workplace

Deux ans après la promesse mondiale, un centre de santé sur trois continue à fonctionner sans eau ni savon (WaterAid)

Ceci est un communiqué de presse de WaterAid Afrique de l’Ouest, sur le problème d’accès à l’eau et à l’hygiène dans les établissements de santé.

Workplace
Annonces
Workplace

WaterAid Afrique de l’Ouest demande aux ministres de la Santé de donner la priorité à l’hygiène dans les établissements de santé dans le cadre du plan de relance de la pandémie COVID-19. Cette demande intervient alors que les ministres de la santé du monde entier se préparent à participer à l’Assemblée mondiale de la santé, dans un contexte de lutte internationale pour maîtriser la pandémie. 

Il y a deux ans, les 194 membres de l’Assemblée mondiale de la santé ont décidé à l’unanimité de garantir l’accès universel à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène dans tous les hôpitaux et établissements de santé. Depuis lors, la pandémie a mis en évidence à quel point ces services de base sont essentiels pour prévenir les infections. Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a décrit le savon et l’eau comme étant assimilables à des équipements de protection individuelle et absolument fondamentaux pour arrêter la propagation de la COVID-19. 

Cependant, il existe des lacunes importantes dans les services WASH de base dans les établissements de santé des pays d’Afrique de l’Ouest et du monde entier.

Un établissement de santé sur quatre dans le monde n’a toujours pas d’eau potable sur place. Une personne sur trois n’a toujours pas d’endroit pour se laver les mains là où les patients sont traités et une personne sur dix n’a toujours pas de toilettes décentes .

Les nouvelles données, qui seront présentées cette semaine à l’Assemblée mondiale de la santé, montrent que les établissements de santé n’ont toujours pas d’endroit où se laver les mains avec du savon pour protéger les patients et le personnel de santé contre l’infection et la propagation du virus mortel et d’autres infections. Dans les pays les plus pauvres du monde, la moitié des hôpitaux et des cliniques ne disposent pas d’eau potable sur place.

Bien qu’il manque des données importantes, il est clair que certains des taux les plus faibles d’AEPHA dans les structures de santé à travers le monde se trouvent dans la région de l’Afrique de l’Ouest. Il est choquant de constater que, 54% des structures de santé du Nigéria, la plus grande économie du continent, ne disposent pas d’une source d’eau propre sur place. En Sierra Léone, malgré la reconstruction des systèmes de santé suite à la dévastation due au virus Ebola, 79% ne disposent toujours pas de ce service indispensable.[1]

Lors de leur dernière rencontre, les délégations de l’Assemblée mondiale de la santé avaient adopté une résolution visant à garantir que tous les établissements de soins de santé disposent d’eau, d’installations sanitaires et d’hygiène. 

Pourtant, les données montrent qu’à travers le monde, près de 2 milliards de personnes dépendent d’établissements de santé dépourvus de services d’eau de base, ce qui les expose à un risque accru de contracter le COVID-19 et d’autres maladies mortelles.

En décembre dernier, l’OMS a estimé que pour apporter de l’eau potable, des installations pour le lavage des mains et des toilettes décentes aux centres de soins des pays les plus pauvres, il ne faudrait que 3,6 milliards de dollars. 

Salimata a travaillé comme matrone au centre de santé de Talo dans la région de Ségou, au Mali, pendant dix ans, et a vu la situation changer radicalement au cours de cette période. Lorsque Salimata a commencé à travailler dans ce centre, il n’y avait pas d’eau sur place. Cela signifie que le personnel de santé ne pouvait pas se laver les mains, ni laver son équipement ou ses salles de traitement sans aller chercher de l’eau au niveau d’un puits local. Sans eau sur place, Salimata a dû faire face à de grands défis dans son rôle et a ressenti le risque d’être exposée à des maladies infectieuses. Aujourd’hui, le centre de santé dispose d’eau propre, de points de lavage des mains et de toilettes décentes, ce qui a transformé le niveau de sécurité et de soins du personnel, des patients et de leurs soignants.

“Je me sens vraiment beaucoup mieux maintenant. Quand je travaille, je ne crains pas les infections, car nous avons de l’eau potable et du savon pour nous laver correctement les mains et nettoyer nos matériaux et les surfaces”.

De plus, des recherches[2] ont montré que l’argent dépensé pour l’eau, l’assainissement et l’hygiène dans le cadre des soins de santé est un “meilleur achat” pour tout pays, produisant un retour sur investissement de 50 %. Cela permet de ralentir la propagation de la résistance aux antimicrobiens – les “super-bactéries”, de prévenir la propagation des infections hospitalières et de réduire les décès maternels et néonatals.   

Helen Hamilton, analyste politique, WaterAid, a déclaré :

“Dans le monde, 1,8 milliard de personnes risquent de contracter une maladie parce qu’elles utilisent ou travaillent dans un établissement de santé dépourvu de services d’eau de base. 

“Au XXIe siècle, cela ne devrait pas être et ne doit pas être le cas. Il suffirait de 30 centimes de dollars par an pour que chaque centre de santé et chaque hôpital des pays les plus pauvres disposent d’un approvisionnement en eau fiable, de toilettes en état de marche et d’une bonne hygiène.

“Cela pourrait sauver la vie d’un million de nouvelles mères et de bébés qui ne mourraient pas d’une infection. Et cela contribuerait même à lutter contre la recrudescence des infections résistantes aux antibiotiques, considérée par beaucoup comme une menace mondiale imminente.”

Abdul-Nashiru Mohammed Directeur Régional, WaterAid Afrique de l’Ouest a déclaré:  

“Il y a deux ans, lors de l’Assemblée mondiale de la santé, les dirigeants mondiaux ont décidé de donner la priorité à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène dans tous les établissements de santé. Le moment est venu pour les dirigeants de tenir leurs promesses. “

“Essayer de créer un plan solide de préparation et de réponse à une pandémie sans s’assurer que chaque centre de soins dispose d’une eau propre et de la capacité de garder ses patients, ses agents de santé de première ligne et ses locaux en sécurité et propres, c’est comme construire une forteresse avec un trou béant là où la porte devrait être. Si les dirigeants mondiaux ne prennent pas conscience de cette situation, d’autres vies seront perdues inutilement.” 

Workplace