Workplace

Burkina : 500 morts et plus d’une centaine de portés disparus depuis janvier (CISC)

Le Collectif contre l’Impunité et la Stigmatisation des Communautés (CISC) a annoncé vendredi dans une conférence de presse avoir documenté 500 morts et plus d’une centaine de cas d’enlèvements et de disparitions forcées – civils et militaires- depuis janvier.

“Quatre mois après l’arrivée au pouvoir des nouvelles autorités, la situation sécuritaire ne cesse de se dégrader au fil des jours et le quotidien des Burkinabè est plus que jamais catastrophique”, a déclaré lors d’une conférence de presse, Daouda Diallo responsable du bureau exécutif du CISC.

Jugeant sa gestion de la situation sécuritaire “inefficace” des militaires burkinabè ont renversé le 24 janvier dernier, l’ancien président Roch Marc Christian Kaboré.

Diallo a en outre indiqué que “des enlèvements et exécutions sommaires et extra-judiciaires” de personnes ayant souvent fui leurs villages à cause des exactions des groupes terroristes, ont été documentés précisant que ces enlèvements se font dans des marchés, à domicile, sur des axes routiers et même sur des sites de distribution de vivres aux personnes déplacées internes.

Si au 31 décembre 2021, le nombre de personnes déplacées internes était estimé à 1 579 576, aujourd’hui ce sont 2 millions de Burkinabè qui ont fui leurs villages pour trouver refuge ailleurs, a soutenu Diallo.

Avec l’Agence Anadolu

Workplace