Workplace

Retour de GBAGBO : en politique, même les montagnes se rencontrent

GBAGBO et Blé GOUDE pourront rentrer en Côte d’Ivoire quand le voudront. C’est ADO qui l’a dit. Et cette bonne nouvelle, les GOR (GBAGBO ou rien) l’ont entendue. Le Blaiso aussi a entendu la nouvelle. Mais est-ce qu’elle est bonne pour lui? Bon! Roch avait donné six mois pour que le Blaiso revienne au Burkina. Donc, tous parleront désormais le même langage : Blaise pourra retourner chez lui quand il le voudra.

Et s’il croise GBAGBO à l’Aéroport International d’Abidjan? Beh, ils vont sympathiser, peut-être même “peaumer” du bon Garba au poisson thon, et puis se “pagdonner” pour les “bombagdements”, les “roulements dans la farine” et tout. Encore que le Blaiso est un beau-frère et, mieux, un compatriote ivoirien. Oups! Je vois un GOR qui râcle sa gorge pour demander : “Quel est le nom de son village en Côte d’Ivoire?”. Je laisse Adjoumani ou Ablassé lui répondre.

Vous savez, quand des polititiciens veulent faire la paix, c’est simple : Même s’ils s’étaient frappés copieusement, ils vont qualifier cela de “taquineries de mon frère Blaise”, “tape amicale de mon pote Laurent”.

Mais si les politiciens veulent la guerre, ils suffit que leurs regards se croisent. Ils vont qualifier cela de “violation de l’intégrité visuelle”, “rebellion occulaire”, et patati patata.

Voilà pourquoi il faut jamais fonçer tête baisser dans la bagarre des politiciens. En politique, même les montagnes se rencontrent.

Caricature : Timpous

Workplace