Procès Sankara : le Tribunal constitué, les juges prêtent serment

06 juges assesseurs militaires, dont 03 titulaires et 03 suppléants, ont été retenus pour siéger en première instance dans le procès de l’affaire Thomas Sankara. Les Généraux Brice Bayala et Nazindigouba Ouédraogo se sont auto-récusés.

Le Tribunal a accepté la requête des deux assesseurs. Les asseceurs titulaires retenus sont donc le Colonel-Major Boureima Ouédraogo, le Colonel Major Alfred. K. Somda, et le Colonel Saturnin Poda.

Les asseceurs suppléants sont : Le Commandant Sougué Christine, le Commandant Abdoul Karim Ky, et le Capitaine Capus Bazié.

Il a été difficile pour le président de constituer le tribunal, des gradés ayant avancé des motifs ne leur permettant pas de siéger.


il s’agit notamment du Général Brice Bayala qui a évoqué son indisponibilité pour siéger. En effet, il a soulevé un problème de santé ne lui permettant pas de tenir 1h à 1h 30 mn sans aller se soulager, et un voyage hors du pays pour des soins. Une raison que le procureur militaire, la défense et la partie civile ont jugé valable. Suite à quoi il a été excusé.

Le Général de brigade Nazindigouba Ouédraogo, lui, a tenu à signaler son incapacité à être impartial, car il a dit avoir des liens d’amitié avec les accusés Gilbert Diendéré et Hyacinthe Kafando. « Une honnêteté » qui a été saluée par les différentes parties. Il a été également excusé.

Après l’intervention de ce dernier, l’audience a été suspendue.

A la reprise, c’est le Colonel Major Boureima Ouédraogo qui est appelé. Il a dit être vice-président du comité national d’organisation des festivités du 11 Décembre. Une raison que le tribunal n’a jugé valable. Il a donc été maintenu.

Le Colonel Alfred Somda, lui, a évoqué la même raison d’impartialité du fait d’avoir des liens d’amitié avec des accusés. Malgré cela, il a aussi été maintenu.

Après avoir retenu 3 juges assesseurs militaires, le président du tribunal a demandé un tirage au sort de 3 assesseurs suppléants.

Le lieutenant Colonel Dimitri Ouédraogo et le lieutenant Colonel Roméo D. Ouoba ont avancé leur indisponibilité à siéger. Ils disent être tous deux, chefs des opérations de sécurisation du territoire national.


Alors, le procureur militaire a jugé nécessaire de les laisser vaquer à leurs occupations, vu la situation sécuritaire que le pays traverse.

Le président du tribunal a demandé par la suite de passer au grade inferieur, qui est celui du commandant.

Parmi les commandants présents, seul le commandant Idrissa Coulibaly, qui a avancé son indisponibilité du fait d’être le chef de corps du 23e régiment d’infanterie militaire basé à Dedougou. Lui égslement, a été excusé.

Quant aux commandants Christine Sougué et Abdoul Karim Ky, et le capitaine Capus Hyguia Bazié, ils n’ont pas trouvé d’inconvénients à siéger. Ils ont témoigné de leur entière disponibilité à siéger .

Le tribunal est enfin constitué. Les retenus ont prêté serment. Puis le président a suspendu l’audience.

Après la reprise, l’audience a été a été à nouveau suspendue à la demande de la défense. Elle reprendra le lundi 25 octobre 2021 à 09h 00.

Quant à la demande d’enregistrement ou de rediffusion de l’audience, formulée par la partie civile, la Chambre, se basant sur l’article 43 du Code militaire, l’a rejetée.