Workplace

Fada : U’Gulmu Fi revient à la charge et appelle à manifester

Au cours d’une conférence de presse tenue au siège du MBDHP à Fada ce samedi 10 juillet, le mouvement U’Gulmu Fi annonce une nouvelle levée de boucliers avec une marche régionale d’interpellation de l’autorité le 31 juillet 2021, et une rencontre avec les députés de la région de l’Est, dont la date sera précisée.


Après sa première charge le 24 avril 2021, scellée par une mobilisation inédite de la population de Fada pour une marche de protestations et de revendications, le mouvement  U’Gulmu Fi avait marqué une pause pour observer la tenue des promesses prises par le Président du Faso à l’audience qu’il avait accordée à la délégation du mouvement.

Mais ce samedi 10 juillet, le mouvement a convié la presse pour faire le point sur la satisfaction de sa plateforme revendicative, et annoncer son come-back sur le terrain de la grogne. Un come-back décrété par l’assemblée générale tenue 48 heures plus tôt, et commandé par le bilan de satisfaction « peu reluisant », selon le coordonnateur du mouvement, Emmanuel Ouoba. M. Ouoba a, en effet, rappelé les points de revendications des quatre axes de la plateforme : santé, réseau routier, gestion du phosphate de Kotchari, crise sécuritaire.


La seule once de satisfaction possible, selon Emmanuel Ouoba, viendrait du début de réalisation dans le domaine de la santé, avec « une avancée tangible sur le plan des ressources humaines au niveau du CHR de Fada, notamment à travers l’arrivée de 15 médecins dont 11 spécialistes ».


Pour le reste, c’est peau de chagrin. A commencer par la question du désenclavement de la Région par un réseau routier praticable : « exception faite de la route Kantchari-Diapaga, les différents chantiers n’avancent pas ». Dix mois après son lancement, le taux d’exécution du chantier de la RN4 « est toujours de zéro pour cent (0%) ». Et encore, à un mois de l’expiration du délai d’exécution de la RN18 « les travaux n’ont pas encore atteint 50% d’exécution ».


Du côté de Kotchari, dans la Tapoa, « il n’y a pas d’avancée à signaler. On note simplement la suspension des activités au niveau de la mine, ainsi que le limogeage du directeur général des phosphates », a déclaré le coordonnateur de U Gulli Fi.


Aucune éclaircie non plus, côté sécuritaire. Emmanuel Ouoba a évoqué « une évolution plutôt négative”. “De Foutouri à Madjoari en passant par Tialbonga et Matiacoali, la situation s’est considérablement dégradée, du fait des attaques, enlèvements et sommations de déguerpissement, avec leurs lots de pertes en vies humaines et de déplacements de populations ».

En conséquence, la dernière assemblée générale du mouvement, tenue dans l’après-midi du jeudi 8 juillet au siège du MBDHP, commande, selon M. Ouoba et ses camarades, d’entonner à nouveau le slogan « Ensemble, levons-nous et bâtissons ! » Ce sera à travers l’organisation d’une marche d’envergure régionale le 31 juillet 2021, et d’une rencontre avec les députés de la région de l’Est, dont la date est à préciser.

Herbert Naba, correspondant de ACTUALITE.BF dans la région de l’Est

Encadré


Plateforme revendicative du Mouvement U Gulmu Fi !


Pour la sécurité
– Garantie effective de la sécurité des biens et des personnes dans la région ;
– Prise en charge adéquate des personnes déplacées internes (Alimentation, logement, Santé, et éducation) ;
– Sécurisation effective des ressources et espaces pastoraux conformément à la législation en vigueur.


Pour le projet Phosphate :
– Mise en place d’un complexe d’usines d’extraction et de transformation du phosphate dans la province de la Tapoa.


Pour le CHR
– Démarrage effectif de la construction du nouveau CHR promis ;
– Réhabilitation du CHR actuel ;
– Dotation du CHR en Groupe électrogène performant,
– Dotation du CHR en matériels médicotechniques des différentes unités (Gastrologie, Anatomopathologie, etc.) ;
– Dotation du CHR en médecins spécialistes et en nombre suffisant ;
– Achèvement des travaux d’extension et de réhabilitation du CHR en arrêt.


Pour le désenclavement
– Suspension du recouvrement des taxes routières sur les routes défectueuses jusqu’à leur réhabilitation
– Achèvement diligent des travaux de réhabilitation en cours sur les RN18 section Fada-Bogandé, et RN19 section Kantchari-Diapaga;
– Démarrage réel des travaux sur la RN4 dans ses trois sections Gounghin-Fada, Fada-Matiacoali, Matiacoali-Kantchari-frontière du Niger, et sur la RN 19 dans sa section Diapaga-Tansarga-Frontière du Benin ;
– Réhabilitation/bitumage des routes RN 18 dans ses sections Bogandé-Taparko, et Fada-Pama-Frontière Benin), RN 19 (Diapaga-Namounou-Madjoari-Nadiagou-frontière du Togo) ; la RN 24 (Matiakoali – Gayéri – Liptougou), et des six routes régionales.
– Entretien courant et régulier des routes départementales de la région
– Garantie de la qualité dans les différents travaux de réhabilitation, de bitumage et d’entretien du réseau routier de la région.

H. N.

Workplace