Workplace

Développement : Christophe ZOURE publie un livre sur les modèles testés par l’Afrique

Christophe ZOURE, juriste et spécialiste du développement, a procédé, dans l’après-midi de ce jeudi 03 juin 2021 à l’Université Ouaga I Professeur Joseph KI-ZERBO, à la dédicace de son ouvrage de 120 pages intitulé : « Les stratégies de développement pour l’Afrique à cheval entre le consensus de Washington et le consensus de Beijing ou vers un nouveau paradigme du développement ». La cérémonie de dédicace était placée sous le parrainage du Ministre de l’industrie, du commerce et de l’artisanat, Harouna KABORE; et Luther YAMEOGO en était l’invité d’honneur.

Workplace
Annonces
Workplace

A travers son analyse, M. ZOURE note que le continent africain est tenaillé entre deux visions ou modèles de développement qui, aujourd’hui, ne semblent pas lui avoir permis de se réaliser et d’atteindre le niveau de développement espéré. Il a avancé, dans son œuvre, que le modèle occidental est connu sous le nom de consensus de Washington, tandis que celui de la Chine est connu sous l’appellation “consensus de Beijing”. Selon l’auteur, ces deux visions, qui ont l’ascendance aujourd’hui dans le monde, constituent ou participent du référentiel de développement des pays africains, dont le Burkina Faso. M. ZOURE indique également que les mesures généralement bien connues ou subies par les Africains sous l’appellation de “consensus de Washington” émanent de John WILLIAMSON. Face aux crises, et pour lutter contre la pauvreté en Amérique latine, WILLIAMSON a proposé dix mesures à savoir : la discipline fiscale, les priorités pour les dépenses publiques, les réformes de la fiscalité, du taux d’intérêt, du taux de change, la libéralisation du commerce, les investissements directs étrangers, la privatisation, la dérèglementation et les droits de propriétés.

Par la suite, M. ZOURE nous oriente sur l’évolution et le cours qu’ont pris ses mesures. En effet, conçu pour les pays de l’Amérique latine, ce consensus a été mondialisé, présenté au firmament du développement comme l’antidote à toutes les crises économiques. Ses tenants le magnifient comme universel, en ce qu’elles sont adaptées, efficaces, et devraient être approuvées par tous les économistes sérieux.
Notre auteur, en appréciant la mise en œuvre du consensus, souligne qu’il désétatise en ce qu’il impose aux Etats africains de rentrer sur un marché où ils sont moins préparés à la concurrence.

Il conclut que les mesures préconisées par le consensus de Washington visent davantage à promouvoir moins d’Etat et plus d’entreprises entrangères.

Malgre ces méfaits connus, souligne Christophe ZOURE, elles ont été appliquées à l’Afrique en quête de levier de croissance et de développement. Ce, par le transfert de schémas d’actions publiques ou d’instruments de la gouvernementalité.
En ce qui concerne le consensus de Beijing, M. ZOURE le voit à l’opposé de celui de Washington, surtout dans la démarche. Car, selon lui, la Chine a intégré et systématisé son intervention sur le marché en vue de son développement, toute chose qui, pour l’auteur, est à l’opposé de la libération de WILLIAMSON.

Après analyse, M. ZOURE propose pour le continent africain une autre voie de développement. Il s’agit du développement endogène ou la quête d’une voie africaine de développement. Il se dit partisan d’une liberté pour chaque peuple d’oser inventer son avenir; d’identifier sa propre voie de développement.

Le livre coûte 10.000 Francs CFA et est disponible dans les librairies Jeunesse d’Afrique, Diacfa et Mercurie. Il est également disponible en ligne.

A propos de l’auteur

Christophe ZOURE est Doctorant à l’école doctorale de science humaine et de communication à l’Université Joseph KY-ZERBO. Il a obtenu un Master 2 en management international spécialité affaires internationales à l’Université Jean MOULIM de Lyon 3. Il a obtenu également un master 1 à l’Institut des hautes études internationales et du développement de Génève. M. ZOURE est actuellement chargé de programme, de gouvernance et de développement institutionnel à l’Ambassade de Suède à Ouagadougou.

Workplace