Workplace

Course de 2025 : qui veut aller loin manage son mécanicien

Ça y est. Roch Marc Christian KABORE rempile pour un second mandat, améliorant au passage son score par rapport à 2015. Il vient d’être investi dans une cérémonie riche en couleurs. Mais sitôt l’épisode des élections de 2020 refermé, que celui de 2025 se présente en ligne de mire. Et pour cause, ce sera normalement la première fois qu’un Président en exercice ne se présente pas, et qu’un dauphin devrait porter les couleurs de son parti.

D’ores et déjà, dans les murmures, les supputations vont bon train.

Dans le camp présidentiel, qui est le dauphin pour tenter de rééditer le coup K.O en 2025 ?

Trois personnes se dégagent du lot : Il y a d’abord le tout-puissant président du MPP, Simon COMPAORE, un  vétéran politique. L’homme a non seulement l’essentiel de la machine politique du MPP, mais aussi des machines de rechange comme le NTD.

Ensuite, il y a le charismatique Président de l’Assemblée Nationale, Alassane Bala SAKANDE, qui se présente de plus en plus comme le dauphin naturel.

Et il y a enfin Eric BOUGMA dit le « Bulldozer », travailleur et homme de réseau.

Mais, l’homme est neuf, et jamais dix, comme le disent les anciens. Chacune des trois personnalités a ses handicaps, et il aura besoin que Roch pèse de tout son poids pour l’aider à surmonter ces faiblesses.

En effet, si Simon COMPAORE  a l’appareil du parti en main, il est vu comme un personnage clivant. Alassane SAKANDE lui, n’a pas en main l’appareil, et le RPI qui est supposé être son avatar n’a pas pris. Le « Bulldozer », lui aura besoin de s’étoffer politiquement par des postes plus importants, et de rassembler les militants.

Simon, Bala et Eric sont comme des cyclistes prêts à commencer une compétition de longue haleine, mais dont les montures ont des pannes diverses. Il faut remplacer les pièces. Heureusement qu’un mécanicien se trouve juste en face, avec exactement les pièces dont chacun aura besoin.

Celui qui aura l’assentiment du mécanicien part favori.

Mais, les trois cyclistes ne seront pas les seuls à prendre part à la compétition. D’autres arrivent. Et la course sera très ouverte.

Workplace