Workplace

Centrafrique : 300 Casques bleus rwandais supplémentaires rejoignent les rangs de la MINUSCA

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) a reçu mardi, un effectif supplémentaire de 300 Casques bleus du contingent rwandais, afin de renforcer les capacités de la Mission et répondre aux défis sécuritaires actuels, a annoncé la force de l’ONU.

Workplace
Annonces
Workplace

Les soldats de la paix, arrivés à Bangui à bord de deux vols, viennent en appui aux forces de défense et de sécurité centrafricaines qui, depuis quelques jours, font face aux attaques des groupes armés de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC).

Le Commandant de la Force de l’ONU en RCA, le Lieutenant Général D.S.Traore, a salué l’arrivée des Casques bleus supplémentaires et remercié le Secrétaire général de l’ONU pour avoir sollicité et obtenu l’autorisation du Conseil de sécurité de l’ONU en vue du renforcement en urgence du dispositif actuel de la MINUSCA, alors que des groupes armés cherchent à perturber la paix et la tranquillité dans la partie nord du pays.

« Votre pays vous a mandaté pour soutenir un pays frère en difficulté, dans le cadre de la mise en œuvre de la résolution 2566 du Conseil de sécurité autorisant l’augmentation des capacités de la MINUSCA », a relevé le Lieutenant Général Traore selon le site de l’ONU.

« Vous arrivez dans un pays où les populations ont beaucoup souffert de la crise sécuritaire, et en souffrent encore. A vous de faire en sorte, par l’engagement, l’abnégation et le sens du sacrifice, que les espoirs en vous placés se réalisent pour le bénéfice des populations centrafricaines », a-t-il souligné.

Ces renforts permettront à la MINUSCA d’accroître sa contribution à la mise en œuvre du plan intégré de sécurisation de la RCA, en étroite coordination avec les forces de défense et de sécurité centrafricaines et les forces internationales présentes dans le cadre d’accords bilatéraux avec la République centrafricaine, conformément aux paragraphes 32 et 52 de la résolution 2552 du Conseil de sécurité des Nations Unies.

Dans un communiqué publié en juillet dernier, la Coordonnatrice humanitaire en République centrafricaine, Denise Brown, a exprimé sa vive préoccupation face à la montée des tensions et à la recrudescence des violences observées dans plusieurs régions du pays dès février dernier.


L’insécurité et les craintes d’attaques ont déjà semé la panique parmi la population et poussé plus de 55 000 personnes à fuir, augmentant davantage leur vulnérabilité.


En parallèle, les éléments armés ont augmenté menaces et leurs attaques contre les acteurs humanitaires, qui restent déterminés à soutenir la population centrafricaine.


Sur la situation des Droits de l’homme, le Coordonnateur de la Division de communication stratégique et de l’information publique de la Mission, Théophane Kinda a souligné lors de son point de presse du 28 juillet que du 20 au 26 juillet, la MINUSCA a enregistré 11 incidents d’abus et de violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire, ayant affecté au moins 34 victimes.

De son côté, le Porte-parole de la Force de la MINUSCA, le Lieutenant-Colonel Abdoul Aziz Fall, a fait état d’une situation sécuritaire globale volatile la semaine dernière dans le pays, marquée par une série d’incidents entre les groupes armés et les Forces de défense nationales.


« Dans l’ouest du pays, il a été noté une recrudescence des activités hostiles des groupes armés comparativement aux semaines précédentes. Au centre, la situation sécuritaire reste précaire bien qu’il n’y a pas eu d’affrontements armés, À l’est la situation a connu une relative accalmie cette semaine jusqu’au 26 soir où des éléments de l’UPC ont lancé une série d’attaques coordonnées contre la ville de Obo », a-t- détaillé.

Agence Anadolu

Workplace