Workplace

Avenue des Tansoaba : “Nous ne vendons presque plus, alors que nous devons payer des taxes” (commerçant)

Lancés depuis Juillet 2019 par le président du Faso, les travaux de bitumage du Boulevard des Tansoaba, long de 6,970 kilomètres et reliant l’échangeur de l’Est à celui de Ouaga 2000, peinent à avancer. Pourtant, ces travaux impactent négativement sur la sécurité des usagers de la route, et sur les activités de bon nombre de commerçants installés aux abords de la voie. Afin de comprendre le calvaire que vivent ses commerçants, ACTUALITE.BF est allé à leur rencontre le samedi 14 août 2021.

Nous avons interrogé quelques commerçants, notamment Mahamadi Nikiéma (photo à la une) et Adama Belemkobga. Le premier interviewé, gérant d’une quincaillerie, a avoué que l’initiative de bitumage est à saluer, mais que la lenteur des travaux pèse sur l’affluence des clients. Il a expliqué qu’il y a beaucoup de déviations de gauche à droite, ce qui crée parfois des embouteillages. M. Nikiéma a par la suite indiqué qu’il n’y a pas d’espace pour les clients aux moyens de transport à quatre roues, ce qui pousse la majeure partie d’entre eux à se diriger ailleurs pour effectuer des achats. Il a profité lancer un cri de cœur aux structures en charge du bitumage de cette route, afin que les travaux prennent bientôt fin. « Nous ne vendons presque plus, alors que nous devons payer des taxes», a-t-il soufflé.

Quant au deuxième intervenant, Adama Belemkobga, commerçant de pièces détachées « France –au revoir », il nous a confié que lui et ses collègues traversent un moment difficile : « C’est vrai qu’avant le bitumage, on ne gagnait pas trop, mais maintenant, nous pouvons faire trois jours sans vendre un seul article. Nos lieux de commerce ne sont plus accessibles aux clients, beaucoup d’usagers n’empruntant plus cette voie à cause des embouteillages. Pire, il y a un nombre élevé d’accidents sur cette route », nous a –t’il confié.

M. Belemkobga a lancé, à son tour, un appel au gouvernement, afin qu’il mette la pression sur l’entreprise chargé de l’exécution des travaux.

En rappel, la réalisation de cette infrastructure est financée par l’Etat Japonais à plus de 26 milliards de Francs CFA, et la livraison est prévue pour le 31 Décembre prochain.

Souleymane Zoetgnandé

Et Laeticia Ouédraogo (stagiaire)

Workplace