Workplace

U’Gulmu Fi : les raisons profondes d’une colère

Le Mouvement U’Gulmu Fi appelle à une marche régionale de protestations le 31 juillet prochain à l’Est. Qui est ce mouvement qui réussit à canaliser la colère des habitants de l’Est. D’où vient cette colère montante du Gulmu? En marge d’une conférence de presse tenue ce samedi 10 juillet à Fada, nous avons cherché à comprendre tout cela avec Buama Michel Ouoba, membre-fondateur et secrétaire général du mouvement U’Gulmu Fi.

De prime abord, Buama Michel Ouoba nous explique l’expression gulmacema « U’Gulmu Fi » : « U’Gulmu » c’est la région de l’Est, et « Fi » veut dire «debout». «C’est une interpellation à tous ceux qui sont de cette région, que l’heure a sonné et qu’il faut se réveiller. Donc, levons-nous !», détaille M. Ouoba.


Le Gulmu dormait-il alors ? Pour Buama Michel Ouoba, « le Gulmu ne dormait pas, il agonisait. Nous étions dans une situation assez dramatique et nous ne sommes pas encore sortis de ce gouffre, car la Région de l’Est, c’est là où on trouve le cocktail de tous les problèmes : la région qui n’a pas de routes, où la sécurité n’est pas garantie, où les principaux indicateurs sociaux sont en berne. Quand nous sommes en avance, nous sommes 12ème sur 13 ». Pourtant, soutient le SG de U’Gulmu Fi, « c’est une des régions les plus riches en termes de potentialités : faune, forêts, ressources naturelles assez bien fournies,…»

«Malheureusement, quand nous faisons des comparaisons, nous-nous rendons compte que, contrairement à notre position de 4ème contributeur au Produit intérieur brut, nous nous retrouvons 12ème sur 13 régions, sur le plan de la redistribution des richesses», regrette M. Ouoba.


De tout temps, fait observer le SG du mouvement, « nous avons interpellé. Tout le temps, ce sont des promesses qu’on ne voit jamais se réaliser. Cette fois-ci, nous disons : il est l’heure; organisons-nous, fils, filles, sympathisants et amis du Gulmu; levons-nous pour dire aux autorités notre ras-le-bol, pour les inviter à avoir un regard particulier sur cette région, et permettre aux populations de cette partie du Burkina de se sentir également Burkinabè».


Ce qui est beau pour ce mouvement, confie Michel Ouoba d’un air fier, « c’est qu’il est composé de plusieurs organisations : il y a les OSC, les syndicats, les mouvements du secteur privé, les transporteurs, les commerçants, les artisans, les élèves et étudiants, même les élus et les personnes déplacées internes. Nous comptons toutes les composantes de la société. Ce n’est pas un mouvement d’une partie de l’Est, mais de toute la population du Gulmu ».


Aboutissement d’une réflexion de jeunes de la Région et de la diaspora à travers une plateforme numérique, le mouvement U’Gulmu Fi est officiellement né le 10 avril 2021, à l’issu d’une assemblée générale qui a réuni une trentaine d’organisations de la société civile de la région de l’Est. C’est, note Buama Michel Ouoba, « un mouvement qui est né comme une réponse de la population de la Région de l’Est aux difficultés qu’elle rencontre, aux frustrations qu’elle ressent».

Herbert Naba, correspondant de ACTUALITE.BF dans la Région de l’Est

Workplace