[Tribune] Le panafricanisme à la lumière de la pensée de Cheikh Anta Diop (Mamadou Diallo)

Ceci est une tribune de Mamadou Diallo intitulé : “le panafricanisme à la lumière de la pensée de Cheikh Anta DIOP”.

Annonces

Je voudrais à l’occasion du 38ème anniversaire de la disparition le 7 févier 1986 de l’IMMENSE Cheikh Anta DIOP, évoquer sa vision d’un Etat fédéral d’Afrique noire. Elle est, on s’en doute, à contre-courant de la vague souverainiste, démagogique et populiste qui secoue la sous-région ouest-africaine et tout particulièrement le Sahel central à travers des coups d’Etat miliaires se revendiquant du panafricanisme.

Cheikh Anta Diop avait souligné en 1984, soit deux ans avant sa disparition, un impératif aux Africains soucieux de l’avenir de ce continent : “Il faut faire basculer définitivement l’Afrique Noire sur la pente de son destin fédéral […] seul un État fédéral continental ou sub-continental offre un espace politique et économique, en sécurité, suffisamment stabilisé pour qu’une formule rationnelle de développement économique de nos pays aux potentialités diverses puisse être mise en œuvre » ; et ce, sur les fondements d’une théorie de la Renaissance africaine dont il a mis en évidence et en exergue les dimensions politique, scientifique, culturelle, humaniste et idéologique.

La vision est donc en une certaine manière, la construction des Etats Unis d’Afrique dont il avait déjà esquissé les bases dans son ouvrage « LES FONDEMENTS ECONOMIQUES ET CULTURELS D’UN ETAT FEDERAL D’AFRIQUE NOIRE » édité en 1960 à la veille de la vague des Indépendances.

Dans quelle mesure aujourd’hui, l’Union africaine et les Communautés économiques régionales sont-elles dans la perspective d’une telle vision ? On peut être sans doute déçu par les résultats atteints. Cependant, il faut avoir l’honnêteté de reconnaître que la marche en avant vers des Etats Unis d’Afrique est contrainte justement par un souverainisme ombrageux, la résistance à la mise en œuvre d’institutions politiques, scientifiques, économiques et culturelles crédibles dans une perspective fédéraliste ; l’expression de telles résistances en sont les élections à la Gondwanaise, les 3è mandats, les coups d’Etat institutionnels et les coups d’Etat militaires.
La situation de la CEDEAO avec en son sein l’UEMOA l’illustre à souhait ; on s’accorde à reconnaître que la CEDEAO est la communauté économique régionale qui tente d’aller le plus loin dans la recherche des voies et moyens de la construction d’une unité politique de ses Etats membres dans une perspective fédéraliste. Elle réunit ainsi d’anciennes colonies françaises, britanniques, portugaises et espagnole et s’emploie à bâtir une approche de gouvernance commune pour les Etats, une approche de défense commune, un droit communautaire, l’intégration des économies et des peuples.

On peut alors retenir que l’intuition de Cheikh Anta DIOP, de confier une mission historique à l’Afrique occidentale, celle de la construction d’une perspective fédéraliste continentale, est en une certaine mesure en marche. On peut à cet égard méditer sur les propos de Cheikh Anta DIOP qui datent aujourd’hui de 64 ans : « La mission historique de l’Afrique occidentale consiste donc, dans une large mesure, à profiter des facilités que lui donne l’histoire pour devenir sans délai un Etat fédéré puissant, capable de libérer le reste du continent par la force s’il le faut, au lieu de s’éterniser dans la faiblesse, la division et la surenchère déclamatoire de patriotes de circonstances ».

Ainsi, en essayant de se donner depuis 1975, les moyens de progresser dans cette voie en dépit des obstacles et menaces divers, on peut alors donner un large crédit à la CEDEAO d’être dans une voie de construction panafricaine.

Déjà, à la veille des indépendances, Cheikh Anta DIOP entrevoyait les difficultés qui ne manqueront pas sur le chemin ainsi, faisait-il ce constat : « On continue de traiter les problèmes nationaux avec une mentalité de fonctionnaires (…) aucun ne cherche à se créer sans délai une puissante armée moderne (…) inapte aux putschs de type Amérique Latine……On risque plutôt de n’avoir que des embryons symboliques d’armée……mais que contre-balancerait une police ultra moderne de type dictatorial » ; tout nationalisme serait alors « qu’un « nationalisme »  folklorique et bariolé tout au plus des couleurs vives de nos tissus indigènes ».

Récuser toute discipline et toute contrainte efficace à s’y plier dans la construction de la perspective fédéraliste, ne peuvent être qualifiées de panafricanistes. Moussa Mara ancien premier sous IBK au Mali a sans doute raison de dire, « le panafricanisme c’est de rester dans la CEDEAO » lui qui, on le sait, dit « se positionne non comme un allié ni comme un opposant du régime de transition mais comme une sorte d’accompagnateur vigilant » avertit dans une interview à Jeune Afrique « Quitter la CEDEAO, c’est aller contre la marche de l’Histoire ».

La nouvelle donne dans la construction de la perspective fédéraliste, ce sont assurément, les insurrections djihadistes dans le Sahel central qui ont mis à nu la fragilité politique, institutionnelle, économique de nos Etats. Les coups d’Etat militaires et institutionnels récurrents au Mali, au Burkina et au Niger sont la résultante de la pression dévastatrice des groupes armés djihadistes engagés sans équivoque dans une logique de désorganisation complète de l’Afrique occidentale et in fine de destruction de la CEDEAO.

En un mot, les leaders djihadistes d’AQMI et de DAECH, suivent sans doute avec jubilation cette dynamique à laquelle ils ont patiemment œuvré et qui est en perspective de leur stratégie d’érection d’un Djihadistan au Sahel comme première étape de leur projet islamiste en Afrique occidentale.

C’est en cela que la théorie de la Renaissance Africaine portée par la pensée de Cheikh Anta DIOP nous est d’une aide précieuse ; en particulier dans l’approche de Refondation des Etats en prenant appui sur la conscience historique africaine que Cheikh Anta DIOP a si magistralement restaurée et nous a laissée en héritage fécond.

Qu’est-ce-à dire ?

La conscience historique africaine nous invite à scruter la profondeur historique du monde tel qu’il a vécu et singulièrement celle de l’Afrique noire afin de dépasser les traumatismes (traite négrière, colonisation, l’ordre post-colonial) et de redonner droit à l’historicité des sociétés africaines contrainte par les catégories du Politique et de la politique de l’occident portées par l’élite politique dominante africaine.

Qui peut aujourd’hui nier le délabrement institutionnel, éthique et moral de l’État-Nation post-colonial : inefficacité structurelle multidimensionnelle des régimes politiques ; prégnance de la corruption et de l’affairisme au sein des élites modernes, traditionnelles et religieuses impactant la vie politique, le fonctionnement des institutions et la délivrance du service public ; portage des dérives sociétales de la civilisation occidentale (sexualité, genre, famille, arts) qui intoxiquent littéralement notre jeunesse.

Les racines de l’embrasement du milieu rural porté par l’insurrection djihadiste qui remet ouvertement en cause l’ordre post-colonial, tiennent pour l’essentiel de l’histoire de nos Etats et leur modèle politique. Les groupes djihadistes se sont nourris de telles racines pour s’incruster et acquérir une capacité de nuisance redoutable.

Redonner droit à l’historicité des sociétés africaines, c’est renouer avec l’approche de régulation des sociétés humaines en Afrique noire qui se donne à voir dans nos sociétés villageoises contemporaines qui vivent encore la plénitude de la culture nègre dont le substrat peut être retrouvé dans la civilisation de l’Egypte ancienne comme nous l’enseigne la pensée de Cheikh Anta DIOP.

Les société villageoises contemporaines constituent en Afrique noire, la donne immensément majoritaire de la vie culturelle, sociale, économique et institutionnelle. Elles disposent de processus instituant autonomes et endogènes qui ont articulé leur contemporanéité malgré la longue adversité que leur ont porté les aristocraties guerrières, le djihad des 18è et 19è siècles, la traite négrière, la colonisation et l’Etat-Nation post-colonial.

Elles continuent ainsi à vivre leur plénitude culturelle qui caractérise fondamentalement l’Être anthropologique et social nègre. Elles articulent ainsi à contre-courant du modèle occidental dont le véhicule est l’État-Nation, des modèles politiques, économiques, sociaux et culturels portés par les sociétés villageoises, les pauvres des villes, leurs micros, petites et moyennes entreprises du secteur dit informel tournées vers le marché intérieur ; en somme, l’immense majorité sans laquelle rien n’est possible.
Ces sociétés villageoises montrent ce faisant l’étendue d’autres valeurs permettant de faire face à l’adversité du cadre politique post-colonial, et d’articuler de nouvelles modalités du vivre ensemble et d’action collective et individuel. Autrement dit, de la Refondation de nos constructions étatiques.

Les sociétés villageoises africaines contemporaines, leur prolongement dans les quartiers populaires des agglomérations urbaines, les acteurs de l’économie sociale et solidaire, portés par la culture nègre du vivre-ensemble, de l’économique, du cosmopolitisme se révèlent donc être ainsi,le moteur de la modernité africaine contemporaine.
La tâche historique urgente, c’est donc de faire en sorte que le fait majoritaire en Afrique Noire, à savoir les sociétés villageoises contemporaines et le secteur informel, se dote, dans chaque espace territorial des États africains, d’un État multinational délibératif et participatif qui s’engage dans la perspective de construction des États Unis d’Afrique.

Alors, en ce qui concerne le Sahel confronté aux insurrections djihadistes, quelle stratégie politique viable et crédible pour faire de nos sociétés villageoises contemporaines au travers de leur processus instituant, le moteur de sortie de la crise sécuritaire, de Refondation du vivre-ensemble et de l’Etat en en donnant l’élan au Burkina Faso ?
C’est une telle perspective qui ouvrira la voie au dépassement des faiblesses de la CEDEAO et ouvrira la voie à un panafricanisme viable dans une grande « nation nègre », fière, souveraine et puissante.

Aussi, en ce qui concerne la situation tragique que vit notre pays, j’avais pour ma part partagé ma réflexion pour sortir des coups d’Etat et gagner la Paix https://www.actualite.bf/tribune-de-mamadou-diallo-sortir-des-coups-detat-et-gagner-la-paix-au-burkina-faso/

Bon courage à nous !

DIALLO Mamadou
74 50 18 59
adidiam@yahoo.fr