Workplace

[ Tribune ] Le drame des Africains, c’est leur incapacité à penser par eux-mêmes

Ceci est une tribune libre de l’écrivain professionnel Adama SIGUIRE, sur la confiscation de poulets par la Police municipale de Ouagadougou.

Je vois, depuis cet après midi, des images qui circulent sur les réseaux sociaux. Tout laisse croire qu,à l’approche de la fête, des vendeurs de volaille ont inondé les rues de Ouagadougou, comme d’habitude, pour proposer poulets, pintades et autres aux musulmans qui fêteront la fête du Ramadan demain. Cette pratique est bien courante et elle est presque devenue une tradition dans nos grandes villes comme Ouagadougou et Bobo Dioulasso. Les rues des villes deviennent des marchés de volaille ou de bétail à l’approche des grandes fêtes. N’y a t-il pas un danger?

Oui, il faut le dire. Tout cela crée un désordre dans la ville, car les rues ne doivent pas devenir des marchés de volaille ou de bétail. Et il appartient à la mairie de réguler cette activité qui frôle l’anarchie et échappe au fisc. Les vendeurs de volaille et de bétail doivent les vendre dans des lieux précis et payer des taxes à la commune. Mais, est-ce parce que ces vendeurs sont dans les rues qu’il faut confisquer leur volaille?

S’il s’agit d’une loi qui donne l,autorisation à la mairie pour confisquer la volaille des mains de ses propriétaires, il faut dire que cette loi est bien bête. Et c’est toujours ainsi en Afrique. Les Africains ont toujours été incapables de penser pour résoudre leurs propres problèmes. Nos textes de lois sont calqués sur d’autres modèles de société. Nous sommes incapables de prendre en compte nos réalités sociologiques et culturelles. Et c’est tout cela qui instaure la violence, la haine et entrave le développement. Le pouvoir légal en Afrique est absolu. Il ne vient pas de la société et il se moque de la société. C’est un pouvoir légal dicté par des textes qui se moquent des réalités sociales.

Les images qui défilent sur les réseaux sociaux expliquent, à elles seules, toutes les crises qui secouent le Burkina Faso. Les autorités ont fait de l’humiliation des citoyens leur sport favoris. Les lois sont faites pour protéger les riches et humilier les pauvres dans leur dignité. Dites-moi, bonnes gens, qu’est ce que ces vendeurs de volaille ont fait pour être privés de leurs biens? S’il est interdit de vendre dans les rues, la police municipale doit le leur dire et leur demander de déguerpir. Et ils doivent exécuter cet ordre devant les policiers. Mais, de là, à retirer les poulets, pintades et autres pour en faire la propriété de la mairie, il y a bien de la bêtise, et il faut le dire. La dignité de la personne est sacrée. Et il faudrait de l’intelligence dans l’application des textes. Celui qui exerce le pouvoir a l’obligation d’avoir du discernement et d,être assez humain. On ne gère pas les hommes comme on gère les animaux.

Et allons plus loin. Ces hommes sont généralement des paysans,venus des villages pour vendre leur volaille pour la fête. Et voilà leur sort. Si la mairie et ses policiers municipaux sont si sérieux que cela, il y a bien des choses à réprimer à Ouagadougou. Combien d’espaces verts sont illégalement occupés? Combien d’occupation illégale de l’espace public.? Ces hommes et ces femmes sont-ils des surhommes? Ou bien il faut traiter le villageois différemment du citoyen de Ouagadougou? Il y a maldonne et du deux poids deux mesures. Et c’est pour cela que nous devons réagir. Le drame des nations africaines, c,est aussi le fait d’être dirigées par des hommes et des femmes inintelligents, incultes, qui pensent que ce sont les lois qui ont créé les hommes et que les lois sont au-dessus de la société. Pourquoi le maire est tolérant envers les habitants de Ouagadougou et se montre si dur et légaliste devant ces pauvres paysans?

Allez-y comprendre pour savoir que ce sont des Burkinabè qui sont les auteurs de tout le mal qui nous arrive. Ce sont des Burkinabè qui ont créé le terrorisme et toute la violence que nous vivons. Avec la ruse, le plus faible peut faire du mal au plus fort, disait MACHIAVEL. Nos dirigeants ne sont pas si intelligents pour le savoir. Les villageois, les paysans et la masse rurale ont toujours subi cette humiliation, ce mepris, cette haine de la part des dirigeants. Les lois sont faites contre eux. Et voilà tout notre malheur. Nous préparons chaque jour le pire et il se pourrait que nous le vivions ensemble. Je ne suis qu’un penseur. Mais la paix comme la violence se cultivent. Et nous avons décidé de cultiver les germes de la violence. Dieu ne pourrait que nous accompagner dans notre volonté .

Le plus grand mal qui puisse arriver à une Nation,c,est d’être dirigée par des hommes et des femmes qui ne sont pas intelligents, incapables de prendre en compte les réalités sociologiques de leur milieu. Cette Nation court vers sa ruine . Elle sera détruite par ses propres fils et filles.

Adama SIGUIRE

Ecrivain professionnel

Workplace