Terrorisme au Burkina : la société civile aurait été alertée sur des risques de kamikazes

Incendie d'un véhicule lors d'une attaque. Photo d'illustration.

Dans l’après-midi de ce mercredi 3 mai 2023, des représentants du gouvernement ont rencontré les organisations de la société civile pour parler de la crise sécuritaire au Burkina. Etaient au presidium, le ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité, Colonel Boukaré Zoungrana, et ses collègues de la justice et de la Fonction publique.

Annonces

Selon des sources à ACTUALITE.BF, les représentants du gouvernement ont relevé le fait qu’il y a de moins en moins d’attaques terroristes au Burkina, avec des bases terroristes détruites.

Néanmoins, ils auraient relevé des risques de kamikazes et de camions piégés, comme nouveau mode opératoire des ennenis de la Nation. D’où un appel à la vigilance et à la collaboration avec les Forces de Défense et de Sécurité.

Les dirigeants de la rencontre auraient aussi dénoncé le fait qu’il y a une coalition internationale contre le Burkina, et que le pays se bat seul.

Les organisateurs de la rencontre ont appelé à une union sacré de tous.

Ils ont fait le point des dossiers judiciaires en cours. Ainsi, l’on apprend que sur le dossier Karma, 12 personnes ont été auditionnés. 136 corps ont été inhumés, selon les représentants du Gouvernement.

Les OSC ont salué la tenue de cette rencontre, et ont réaffirmé leur soutien à la Transition.