Workplace

Tchad : l’UA appelle au retrait urgent de tous les combattants étrangers

Compte tenu de la complexité de la situation politique et sécuritaire actuelle au Tchad, l’Union Africaine (UA) a appelé, samedi, au « retrait urgent du Tchad de tous les mercenaires et combattants étrangers, y compris ceux de Libye ».

L’Union africaine a émis cet appel, samedi, suite à une réunion du Conseil paix et sécurité à Addis Abeba, vendredi.

A la suite de la récente réunion du Conseil qui s’est penchée sur les progrès de la transition politique au Tchad, les 55 États membres ont demandé à « accélérer la finalisation du document de politique de l’UA sur l’impact potentiel du retrait des troupes étrangères et des mercenaires de la Libye sur la région de l’Afrique centrale et du Sahel et de le soumettre à l’approbation finale du CPS (Conseil de paix et de sécurité) ».

La situation au Tchad concerne de multiples acteurs qui sont impliqués dans des conflits armés, parmi lesquels certains seraient des combattants étrangers et d’autres seraient prétendument des mercenaires.

Bien qu’il n’ait pas reçu de données spécifiques sur le nombre total de ces individus qui se trouvent présentement soit au Tchad, soit l’étranger mais qui sont d’origine tchadienne, le Groupe de travail de l’ONU sur l’utilisation de mercenaires a relevé dans son dernier rapport la présence dispersée d’acteurs armés autour des frontières du pays, représentant de sérieuses menaces pour la stabilité nationale du Tchad.

Samedi, l’UA a aussi exhorté « le gouvernement de transition du Tchad et le gouvernement de la République centrafricaine à accélérer les enquêtes sur les incidents frontaliers de juin 2021 » où six soldats tchadiens avaient été tués près de la frontière centrafricaine par des soldats centrafricains appuyés par des mercenaires russes.

L’UA a salué « les efforts conjoints actuels des deux pays pour trouver des solutions à l’amiable aux différends frontaliers, dans un esprit de bon voisinage et de relations bilatérales cordiales ».

L’organisation a encouragé « la Commission d’enquête à accélérer les investigations sur l’assassinat-meurtre brutal de l’ancien Président Idriss Deby Itno, afin de traduire les auteurs en justice ».

Pour rappel, Idriss Déby est mort le 20 avril dernier sur le front face à la rébellion des Fact (Front pour l’alternance et la concorde du Tchad), une galaxie de groupes de l’opposition armée tchadienne réfugiés dans le sud de la Libye.

Agence Anadolu

Workplace