Workplace

Tchad : le gouvernement annonce l’arrestation d’individus impliqués dans le sabotage du processus électoral

Le gouvernement tchadien a annoncé jeudi l’arrestation d’individus “ayant planifié des actes terroristes, notamment l’attaque à l’aide d’explosifs contre le siège de la commission électorale”.

Les services de sécurité ont procédé les 6 et 8 avril à « l’interpellation de quelques individus parmi lesquels figurent des responsables politiques, qui ont planifié des actes terroristes, notamment l’attaque à l’aide d’explosifs du siège de la CENI et le saccage des bureaux de vote », a annoncé dans un communiqué jeudi soir, le ministre de la Sécurité publique et de l’Immigration.

D’après le ministre de la Sécurité publique, « ces individus mal intentionnés, en intelligence avec des groupes terroristes, ont été interpellés à bord de véhicules à vitres fumées avec des fausses plaques d’immatriculation et en possession d’armes de guerre ».

« Ce groupe a aussi projeté l’assassinat ciblé de leaders de partis politiques de l’opposition démocratique et d’associations de la société civile pour faire porter la responsabilité au gouvernement », ont précisé les autorités tchadiennes.

Le ministre de la Sécurité a, en outre, souligné que « ces faits sont constitutifs de tentatives d’actes terroristes, d’assassinats, d’atteintes graves à l’ordre public et à la sûreté de l’État. Par conséquent, toutes ces personnes appréhendées comme auteurs, co-auteurs ou complices seront mises à la disposition de la justice ».

Les autorités tchadiennes ont assuré que « le groupe est complètement démantelé et que la situation est totalement sous contrôle ».

Au Tchad, la présidentielle est prévu le dimanche 11 avril et le président Idriss Déby, 69 ans dont 31 au pouvoir, briguera son 6ème mandat face à sept autres candidats dont trois se sont désistés en guise de protestation.

Plusieurs partis politiques et organisations de la société civile sont en faveur du boycott.

Ainsi, Saleh Kebzabo, l’avocat Theophile Bongoro et Ngarledji Yorongar, trois figures majeures de l’opposition tchadienne qui se sont retirés de la course à la présidentielle, font campagne pour le boycott.

D’autres opposants comme Succès Masra, leader des « transformateurs » dont la candidature n’a pas été retenu, est aussi engagé à leurs côtés et bat campagne pour « un boycott actif » le 11 avril.

Agence Anadolu

Workplace