Workplace

Sport burkinabè : ces exploits qui donnent à espérer

L’actualité nationale est d’habitude dominée par des nouvelles dramatiques, et ce, depuis l’avènement des attaques terroristes accentuées par la pandémie du Coronavirus. La semaine écoulée a cependant fait exception. En effet, le public burkinabè a vibré au rythme des succès engrangés par nos représentants sportifs durant la semaine. Entre Hugues Fabrice ZANGO, champion de France de triple saut, la bonne prestation de SALITAS et des étalons junior en compétitions africaines de football, et les “masters class” de nos footballeurs en Europe (Bertrand TRAORÉ et Edmond TAPSOBA), les médias avaient de la matière pour donner une bouffée d’oxygène dans cet épouvantable fil d’actualité.

Pour une nation en construction comme le Burkina Faso, le sport est un facteur de cohésion sociale et un outil d’émancipation des citoyens. C’est un levier sur le quel la nation peut fonder sa santé économique et sociale. L’histoire entre Brésil et le football et entre l’Europe de la League des Champions sont là pour illustrer le degré d’estime et de notoriété que le sport peut conférer aux nations.


Dans notre cas, chaque exploit sportif à l’international est un succès diplomatique car, comme on le dit, nos sportifs sont des véritables ambassadeurs du Faso.


Hugues Fabrice ZANGO, après avoir battu le record du monde de triple saut en salle en début d’année, a survolé le championnat de France ce 20 février avec un seul bond de 17,17 mètres. Cette victoire de l’athlète n’est pas une surprise, mais elle a été agrémentée par le caractère «insolent» de l’exploit. En effet, Hugues Fabrice ZANGO a placé la barre très haut à son premier et dernier essai, et n’a pas pu être rejoint par ses concurrents avec leurs trois essais.


Le football, sport roi, a aussi fait le bonheur des Burkinabè durant ce weekend. Les étalons u20 sont présents à la CAN de leur catégorie en Mauritanie, après une qualification obtenue au Bénin grâce à une médaille d’argent au tournoi UFOA-B. Et là encore, nos champions commencent à gravir les échelons avec une qualification au tour suivant, en sortant premiers de leur groupe devant la Tunisie, la Centrafrique et la Namibie.


L’autre fierté vient de SALITAS qui a réussi son opération “Barakuda” ce dimanche, en se qualifiant pour la deuxième fois en trois ans à la phase finale de la coupe des confédérations de la CAF, ce qui est inédit pour une équipe burkinabè. L’équipe du colonel “YAC” a mis un baume aux cœurs des Burkinabè avec une prestation «XXL» au stade du 04 Août. Tombé 1-0 à l’aller, SALITAS a réussi à renverser l’équipe du BOUENGUIDI SPORT du Gabon par 3-1.
Dans la même dynamique, Bertrand TRAORÉ a marqué un super but pour son équipe de Aston Villa en première division anglaise, ce qui porte à 5 le nombre de ses buts en championnat. Son compatriote Edmond TAPSOBA, considéré comme l’un des meilleurs défenseurs du monde, a sauvé son équipe d’une défaite en marquant le but de l’égalisation à la dernière minute du match qui opposait sa formation, le Bayer Leverkusen, à l’équipe d’Augsbourg.

Plus que des réjouissances et des célébrations, ces victoires sont la preuve que nous avons des potentialités et que nous ne sommes pas moins nantis que les autres pays. Ces victoires nous donnent l’espoir que nous pouvons y arriver. Comme dans le sport, le Brkinabè a toujours eu cette ardeur à la tâche dans tous les domaines. Et avec l’organisation et la volonté imprimées au sport, le Burkina Faso pourrait repousser les limites à l’image de Hugues Fabrice ZANGO, de SALITAS, et des Etalons.

Workplace