Somalie : Lourdes pertes lors d’affrontements entre les terroristes d’Al-Shabab et des Casques bleus éthiopiens

Deux embuscades tendues, dimanche, par des terroristes d’Al-Shabab contre des Casques bleus éthiopiens ont fait de nombreuses victimes dans la région sud-ouest de la Somalie.

Le groupe terroriste al-Shabab, lié à Al-Qaïda, a attaqué un convoi militaire de Casques bleus éthiopiens de la Mission de transition de l’Union africaine en Somalie (ATMIS) qui se dirigeait, dimanche matin, vers le district de Wajid, dans la région de Bakool.

Alors que le second convoi de soldats se dirigeait vers Huddur, chef-lieu de la province de Bakool. Des sources officielles jointes au téléphone par Anadolu ont confirmé les deux attaques et les contre-attaques menées par la suite contre les terroristes.

Annonces

Sous couvert d’anonymat – n’étant pas autorisé à communiquer avec les médias – un responsable de la sécurité à Huddur a déclaré à Anadolu, dimanche soir, que les troupes éthiopiennes, appuyées par des soldats somaliens, avaient éliminé plus de 55 terroristes d’Al-Shabab lors d’une contre-attaque.

Il n’a toutefois pas précisé le nombre de soldats éthiopiens tués ou blessés dans les deux embuscades, mais a indiqué qu’il y avait eu de lourdes pertes de part et d’autre.

Des responsables régionaux de la région de Bakool ont déclaré à Anadolu que les terroristes avaient attaqué les convois des troupes éthiopiennes peu après qu’ils aient franchi la frontière somalienne, dimanche matin.

“Nous ne savons pas combien de militaires éthiopiens ont été tués dans cette embuscade, mais il m’a été confirmé que plusieurs soldats ont été tués”, a déclaré un officier.

Des habitants de la région ont déclaré à Anadolu qu’ils avaient entendu un échange de tirs à l’arme lourde entre les terroristes et les soldats.

Le groupe terroriste al-Shabab a ensuite affirmé, sur son site de propagande, qu’il avait tué 167 soldats éthiopiens et en avait capturé plusieurs autres vivants.

Ces informations ne sont toutefois pas vérifiables, le groupe terroriste ayant tendance à exagérer les pertes subies par ses adversaires.

Les soldats éthiopiens opèrent sous le commandement de l’ATMIS, mais Addis-Abeba dispose également d’un contingent assez important de troupes n’appartenant pas à l’UA en Somalie.

Ces dernières attaques surviennent quelques heures seulement après que le gouvernement somalien a déclaré avoir éliminé au moins 30 terroristes d’Al-Shabab, lors d’une opération menée par l’armée nationale et soutenue par des milices claniques dans l’État de Galmudug, au centre du pays.

Vendredi, des terroristes d’Al-Shabab ont perpétré un attentat suicide contre le président de l’État de Galmudug. Deux soldats ont été tués et deux membres du Parlement fédéral somalien blessés lors de cette attaque.

Lundi dernier, Mohamed Mohamud, membre du parlement de l’État de Galmudug, a été tué dans un attentat à la bombe survenu dans la région.

Le pays de la Corne de l’Afrique est, depuis des années, en proie à l’insécurité, les principales menaces émanant d’al-Shabab et du groupe terroriste Daech.

Le groupe terroriste Al-Shabab combat depuis 2007 le gouvernement somalien et la Mission de transition de l’Union africaine en Somalie (ATMIS), une mission multidimensionnelle agréée par l’Union africaine et mandatée par le Conseil de sécurité des Nations unies.

Le groupe terroriste a multiplié ses attaques depuis que le président somalien Hassan Sheikh Mohamud, élu pour un second mandat l’année dernière, a déclaré une “guerre totale” contre al-Shabab.

Agence Anadolu