Workplace

Société financière internationale: le Gouvernement échange avec une délégation conduite par le vice-président régional pour l’Afrique

Le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, s’est entretenu ce jeudi 16 septembre 2021 dans la soirée, avec le vice-président régional de la Société financière internationale (SFI) pour l’Afrique, Sergio Pimenta. Au cours de cette audience, les deux personnalités ont surtout échangé sur la contribution de cette institution membre du Groupe de la Banque mondiale, au développement de notre pays.

« Nous avons eu des échanges très fructueux sur le développement du pays et comment la SFI peut soutenir ce développement », a déclaré au terme de la séance de travail, Sergio Pimenta, vice-président régional pour l’Afrique de cette institution membre du Groupe de la Banque mondiale consacrée au secteur privé.

Il a révélé que l’un des sujets d’échanges avec le chef du gouvernement burkinabè, a concerné l’ouverture récente à Ouagadougou, du bureau de représentation de la SFI. « Je suis très heureux que ce bureau ait pu être ouvert et que nous avons maintenant M. Arnaud Ligan comme notre représentant national », a-t-il précisé.

Le vice-président de la SFI a également indiqué avoir parlé avec le Premier ministre, des différents défis et opportunités pour le développement du Burkina Faso, et le rôle très important que le secteur privé peut jouer, pour contribuer au développement socioéconomique. De son avis, la SFI est prête à soutenir notre pays, dans des domaines tels l’agriculture, l’élevage, l’énergie, l’économie numérique, l’industrie et le commerce.

La SFI dispose-t-elle d’un programme spécifique visant à relancer l’économie du Burkina Faso fortement frappée par la pandémie de la Covid-19 ? « Il faut d’abord féliciter le peuple et le gouvernement burkinabè pour leur résilience, étant donné que c’est l’un des rares pays au monde qui a malgré tout, obtenu une croissance en 2020, alors que la plupart des pays ont eu des croissances négatives », a répondu d’emblée Sergio Pimenta.

Le Groupe de la Banque mondiale, a-t-il poursuivi, a déployé des programmes de soutien pour le pays, et les programmes de la SFI sont totalement focalisés sur le secteur privé, pour aider les entreprises à faire face à cette crise, avec un soutien au niveau d’accès à des liquidités et à l’assistance technique.

Le secteur du coton par exemple, selon le vice-président de la SFI, a bénéficié de l’accompagnement de son institution. Il en est de même de certaines banques et institutions financières implantées dans notre pays, qui ont été soutenues, afin qu’elles puissent à leur tour, prêter de l’argent à des petites et moyennes entreprises.

DCRP/Primature

Workplace