Workplace

Sahel : le musée Oursi Hu-Beero a été cambriolé

Le musée Oursi Hu-Beero, situé sur le site archéologique éponyme, dans la province de l’Oudalan, région du Sahel, a été cambriolé, selon une note publiée sur la page Facebook du musée.

La publication ne fait pas mention des auteurs du cambriolage. Elle fait simplement observer que le musée est dans la zone d’influence de deux groupes armés, Al-Qaïda au Maghreb Islamique et l’Etat Islamique au Grand Sahara.

Le site touristique connaissait une affluence de visiteurs jusqu’en 2015, année où un gendarme fut enlevé et tué. S’en est suivie une vague d’incidents terroristes.

Sur le site de l’Office National du Tourisme Burkinabè (ONTB), on peut lire que Oursi Hu-Beero est un projet de préservation de la culture d’un site archéologique exceptionnel. “Le site, datant d’environ 1000 après JC, se compose de vestiges d’architecture en briques de terre crue, chose extrêmement rare dans l’archéologie du Moyen Âge ouest-africain”, précise l’ONTB. La nature intacte du site et de ses expositions de biens ménagers, des outils et des armes en font un site du patrimoine archéologique d’importance nationale et internationale.

Construit selon la technique des voûtes nubiennes (tout en terre), le musée présente une exposition fort intéressante, avec vue sur les dunes de sable et la grande marre. Des photos accompagnées de textes bien documentés présentent l’histoire du commerce dans la région (sel, or et esclaves) et donnent des explications détaillées sur les fouilles du site d’Oursi, menées par des archéologues allemands et leur équipe burkinabè en 1997.

Les touristes y découvrent des habitations sous terre, des céramiques, des pointes de lance, des bijoux, des squelettes… et des chaînes d’esclaves. 

Workplace