Workplace

Réconciliation nationale : un comité de réflexion apporte des solutions

Le comité de réflexion et d’action pour la réconciliation nationale (CRARP) a animé sa première conférence de presse ce 20 mars 2021. Face aux journalistes, le comité a expliqué sa vision de la réconciliation nationale, et dévoilé les différentes actions qui seront mises en oeuvre pour atteindre ses objectifs.

Après le contexte politique qui a prévalu aux lendemains des élections couplées du 22 novembre 2021, un cadre de concertation a été créé par des personnalités issues des partis politiques et des organisations de la société civile. C’est de ces concertations qu’est né le CRARP, qui a pour objectif de promouvoir la réconciliation nationale auprès de toutes les couches socio-politiques du Burkina.
Au présidium de la conférence de presse, des figures politiques et associatives bien connues du grand public étaient présents. Nous avons entre autres Alpha YAGO du CDP, Moussa ZERBO de l’UPC, Karim OUEDRAOGO du MPP, Hervé OUATTARA du CAR et du MPS, qui ont tous échangés sur la portée des différentes activités du comité.

Dans la lecture de la déclaration liminaire, le principal animateur de la conférence, Alpha YAGO, a expliqué la vision du CRARP sur la réconciliation : « Nous avons mis un point d’honneur pour l’implication de citoyens venus de divers horizons. Cela est perceptible à travers le présidium.  Il s’agit, pour nous, de faire la réconciliation par l’exemple». Selon M.YAGO, la question de la réconciliation, contrairement à ce que certains pensent, n’est pas une question liée à un individu, à un groupe d’individus, encore moins  à un parti. C’est une question d’intérêt national.  Sur la finalité du processus, Alpha YAGO table sur une réconciliation qui doit aboutir au bonheur du peuple burkinabè. Il dira : «Un pays uni, dans lequel les populations vivent en bonne intelligence,  est un pays promis à un bel avenir.  Par conséquent,  nous devons tous être des messagers de la réconciliation.  Nous devons prendre à bras le corps la question de la réconciliation nationale pour qu’elle puisse aboutir pour le plus grand bonheur du peuple burkinabè.»

Alpha YAGO

Dans le même ordre d’idées, Moussa ZERBO a ajouté que la réconciliation nationale doit prendre en compte tous les évènements qui ont pu causer du tord à des individus à un moment donné de l’histoire de notre pays. Il a estimé par ailleurs qu’il faut arriver à trouver des voies et moyens pour nous parler, dire la vérité et juger ce qui doit être jugé, avant d’arriver à la réconciliation.

Sur le terrain, le CRARP compte mener plusieurs activités dans le but de contribuer véritablement à la bonne marche de cette réconciliation. Il s’agit de rencontrer les associations des victimes, et d’initier des rencontres auprès des autorités politiques, coutumières et religieuses pour avoir leur accompagnement. Le Comité compte également organiser des activités socio-culturelles et sportives pour donner un caractère populaire à la question de la réconciliation, et udentifier des points focaux dans les différentes localités du pays. Alpha YAGO et son équipe comptent surtout faire en sorte que la jeunesse s’approprie véritablement cette réconciliation. Sur ce point, Karim OUEDRAOGO, membre du Comité, est confiant quant à la réussite du processus de réconciliation : «Aucune action ne sera de trop. Et la réconciliation est bien possible dans ce pays, tant que les aspirations réelles du peuple sont mise en avant».

Les conférenciers du jour ont rappellé que le Comité est ouvert à toute personne désireuse d’apporter sa contribution à l’édification de la paix au Burkina.

Workplace