Workplace

Réconciliation : ce que les victimes et le ministre d’Etat se sont dit

Une rencontre d’échanges avec les ayants droit des victimes et les blessés des événements politiques, a été organisée par le ministère de la réconciliation nationale ce jeudi 25 mars 2021. Des centaines de blessés, de parents et de représentants de victimes ont convergé à la Salle de conférence de Ouaga 2000, lieu de la rencontre.

Cette réunion, qui entre dans le cadre de la mise en place de la stratégie de la réconciliation nationale, est une prémisse du prochain Forum national de la réconciliation.
Dans son avant-propos, Zephirin DIABRÉ dissipe déjà les ambiguïtés qui peuvent être rattachées à sa mission : « Je suis chargé de trouver les stratégies pour aller à la réconciliation nationale, et non de solutionner les problèmes de réconciliation», a-t-il déclaré.

Entre témoignages, questionnements et recommandations, l’émotion était palpable dans les prises de parole. Certaines victimes posent le problème de dédommagements comme un préalable à la poursuite à la réconciliation. Plusieurs autres d’entre les victimes, à l’image de Frank SIA, responsable de l’Association des blessés de l’insurrection populaire, insistent sur le respect du triptyque Vérité -Justice – Réconciliation . D’autres encore, à l’image de la fille de feu Watamou LAMIEN, attachent beaucoup de prix à la manifestation de la vérité.

La majorité des intervenants, à commencer par Me Alidou OUEDRAOGO, estiment que Zéphirin DIABRE est crédible et compétent pour accomplir la mission à lui confiée par le Chef de l’Etat. Des participants ont même déclaré n’avoir pas pris part aux processus de réconciliation antérieurs, parce qu’ils n’avaient pas confiance aux organisateurs.

Unanimement, les ayants droit et les blesséa appellent à des actions concrètes sur le terrain, pour accélérer les choses car, «ils sont fatigués des réunions à répétition» depuis des années, voire des décennies.


Dans l’ambiance tantôt grave et émotionnelle, tantôt détendue et entrecoupée par des scènes de parentés à plaisenterie, le ministre d’Etat chargé de la réconciliation nationale a essayé d’apporter des réponses aux différentes préoccupations, faisant appel souvent à la contribution de Me Halidou OUEDRAOGO. Celui-ci, qui était présent en tant que victime, apportait aussi des éclaircissements en sa qualité d’ancien magistrat et d’ancien président du MBDHP.

«Cette réconciliation ne peut pas marcher contre les intérêts des victimes, et rien ne sera fait à l’encontre de ces intérêts. Tout sera fait pour que le triptyque Vérité-Justice-Réconciliation soit respecté comme il le faut. Il n’y aura pas de faux deals de quelque nature que ce soit», a rassuré le ministre d’Etat Zéphirin DIABRÉ.

La rencontre, qui a duré plus de 3 heures d’horloge, a été une aubaine pour ces victimes et le ministre de lancer les bases de cette réconciliation tant entendue par tous les acteurs.

Workplace