Workplace

Réconciliation Nationale : le mouvement HAMASCHIACH appelle à la libération de certains prisonniers

Le Mouvement «HAMASCHIACH IN YOU» a échangé avec la presse ce 23 mars 2021. Cette rencontre avait pour objectif d’apporter la vision du mouvement sur la question de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale.


Porté sur les fonds baptismaux en septembre 2020 dans le contexte de préparation aux élections de novembre 2020, le mouvement HAMASCHIACH IN YOU prônait le report du scrutin dans le but de rechercher au préalable une réconciliation sincère. Depuis lors, le mouvement ne s’était plus prononcé sur les questions socio-politiques du pays. Le Président du mouvement, Ollo Larousse HIEN, rassure que ce long silence était une manière de mûrir la réflexion et de bien s’organiser afin apporter une contribution conséquente à la cohésion sociale et au bien-être des Burkinabè.


A cet effet, le mouvement s’est fixé plusieurs objectifs spécifiques après sa réflexion. Il s’agit d’abord, d’exhorter tous les Burkinabè de l’intérieur comme de l’extérieur à la réconciliation nationale, et de veiller à la cohabitation pacifique des communautés vivant au Burkina. Ensuite, venir en aide aux déplacés et victimes du terrorisme et autres problèmes communautaires. Enfin, travailler avec la collaboration d’associations sœurs, pour élever le patriotisme, l’unité nationale et la justice sociale.


Le mouvement se félicite déjà de la création d’un Ministère de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale, preuve de la portée de son message.

Ollo Larousse HIEN


Pour ce qui est de la vision du mouvement sur cette réconciliation nationale, le président Ollo Larousse HIEN se prononce : «Nous estimons que si si nous subdivisons la crise en plusieurs catégories, pour réconcilier les hommes politiques à part, les communautés à part, les victimes à part, nous faisons fausse route et l’échec de la journée nationale du pardon du 30 mars 2001 nous rattrapera». Le mouvement HAMASCHIACH IN YOU propose plutôt la création d’une commission nationale « vérité et réconciliation » qui fera un travail pratique et concret. Ainsi tous les accusés et victimes s’y inscriront pour prendre la parole.

Le Président du mouvement a en outre appelé à la libération de certains prisonnier au nom de la réconciliation. Le message du mouvement sur cette question est clair :«Pendant que certains Burkinabè continuent de mourir dans les zones de terrorisme, il y a d’autres Burkinabè formés avec l’argent du contribuable sur les questions de sécurité et qui sont disposés à aider, mais croupissent toujours en prison à cause de l’égoïsme de certains qui oublient que si le Burkina Faso est dans cette situation, eux aussi y ont contribué, ils ont contribué à la gestion du Burkina du passé».


Sur le retour des exilés, le mouvement estime que le peuple a déjà pardonné. des conditions sécurisées de leurs retours doivent donc être établies, selon lui, pour que la vérité jaillisse avant toute réconciliation.

Workplace