Workplace

RDC : plus de 1200 civils tués et 1100 viols depuis janvier en Ituri et au Nord-Kivu (ONU)

L’agence des Nations Unies pour les réfugiés, le HCR, a indiqué vendredi que plus de 1.200 civils ont été tués depuis le début de cette année dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC) où des millions de personnes ont besoin d’aide humanitaire.

Le HCR indique avoir enregistré “plus de 1.200 morts parmi les civils et 1.100 viols cette année” dans le Nord-Kivu et l’Ituri, deux provinces placées sous état de siège depuis début mai, a déclaré le porte-parole du HCR Boris Cheshirkov lors d’un point de presse à Genève et dont le compte-rendu est parvenu à Anadolu.

Le porte-parole note, en outre, que les attaques attribuées aux forces démocratiques alliés (ADF) groupe armé d’origine ougandaise, “ont augmenté en brutalité depuis fin 2020 et la fréquence des meurtres de civils n’a pas diminué”.

Ce groupe armé est accusé d’avoir mené plusieurs attaques meurtrières récentes dans la région de Beni et dans la province de l’Ituri, faisant des milliers de morts. Kinshasa et Washington affirment que l’ADF es affilié à Daesh qui revendique ses attaques depuis 2019.

Le HCR indique également avoir “enregistré 25.000 violations des droits humains cette année” et “plus d’un million de Congolais déplacés à l’intérieur de l’est du pays”, selon son porte-parole. Comme pour toutes les organisations humanitaires opèrent en RDC, le HCR fait face à un déficit de financement.

À moins de quatre mois de la fin de l’année, “nous n’avons reçu que 51% des 205 millions de dollars nécessaires en 2021 pour l’opération en RDC”, d’après l’agence onusienne qui juge que la situation sécuritaire ne cesse de se détériorer.

Le gynécologue congolais et prix Nobel de la paix 2018, Denis Mukwege, a estimé vendredi que “malgré l’état de siège”, la situation sécuritaire ” ne semble pas s’améliorer”, réitérant son appel à la création d’un tribunal international pour la RDC.

Dans son rapport de monitoring de l’état de siège, transmis aux deux présidents des deux chambres du parlement, le député d’opposition Jean-Baptiste Kasekwa, fait savoir que “596 civils ont été tués du 3 Mai au 5 septembre, soit 5 morts par jour avec un pic de 7 tués / jour à mai, le taux le plus élevé depuis 2018”.

Yoweri Museveni, président ougandais a annoncé, mercredi, qu’il était prêt à intervenir militairement dans la région (Beni et Ituri) contre les ADF et qu’il n’attendait que l’approbation du président Félix Tshisekedi “pour aller de l’avant”.

Workplace