Workplace

RDC : marche des catholiques contre le M23

Des fidèles catholiques de la République démocratique du Congo et leurs prêtres ont manifesté, dimanche, dans plusieurs villes pour dénoncer les rebelles du M23 et la communauté internationale accusée d’inaction et d’hypocrisie face aux offensives des rebelles dans l’est congolais.

Workplace
Annonces
Workplace

Dans la capitale Kinshasa, plusieurs cortèges se sont mis en route après la première messe de 6h30. Tous les autres services religieux de dimanche, ont été annulés.

Workplace

Des fidèles, munis des chapelets, croix, crucifix et bibles, ont afflué notamment en direction du siège du parlement, entonnant des cantiques religieux entrecoupés de slogans de soutien à l’armée.

D’autres ont lancé des messages d’hostilité en direction du Rwanda accusé de soutenir le M23.

Quelques officiels comme le président du Sénat et le Vice Premier ministre de l’intérieur ont pris part à la marche qui s’est déroulée sous haute surveillance policière.

L’opposant Martin Fayulu était à la tête d’un cortège de milliers de manifestants dans l’est de la capitale.

Devant le siège du parlement, des messages contenus dans un mémorandum ont été lus par un prêtre de l’archidiocèse.

L’Eglise demande au gouvernement de suspendre la participation de la RDC à la Francophonie et de quitter la communauté des Etats d’Afrique de l’Est.

Les catholiques souhaitent également voir la mission des Nations Unies (Monusco) quitter le pays car « la responsabilité de la communauté internationale dans la crise est engagée », a déclaré le prêtre lisant un message signé par le cardinal Fridolin Ambongo, archevêque de Kinshasa.

« L’ONU, la Monusco, l’Union européenne et autres ne jouent pas franc jeu », souligne le message dans lequel l’Eglise s’oppose également à la « mutualisation des forces armées ».

Ce mémorandum devrait être déposé, lundi, dans des ambassades et les institutions politiques.

La marche a été initiée à l’appel de l’épiscopat congolais dans un contexte marqué par les offensives du M23 qui s’est emparé de plusieurs localités des territoires de Rutshuru et Nyiragongo dans la province du Nord – Kivu.

Près de 300 000 personnes ont fui leurs localités à cause des combats, selon les Nations Unies.

Le M23 est une ancienne rébellion défaite en 2013 par l’armée congolaise et les Casques bleus, mais qui a repris les armes en fin d’année dernière accusant le gouvernement de non-respect des accords de paix.

Agence Anadolu

Workplace