Workplace

RDC : deux militaires condamnés à perpétuité pour une bagarre

La justice militaire congolaise a condamné deux officiers à la prison à vie pour s’être bagarrés à la base militaire de l’aéroport international de Goma, au chef – lieu de la province du Nord – Kivu, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC) sous état de siège depuis trois mois.

Workplace
Annonces
Workplace

Le fait pour le major Rimenze Bisimwa et le capitaine Mukando Muzito Paulin « de se livrer à une bagarre ouverte, début aout, s’offrant ainsi à un spectacle haut public porte atteinte. Ayant ainsi agi, ils n’ont pas seulement porté atteinte à la dignité et l’état de leur profession, mais jeté l’opprobre sur les forces armées de la RDC ainsi qu’à la police », a déclaré le président de la cour militaire du Nord-Kivu dont Goma est le chef-lieu.

Il a retenu à charge des prévenus les infractions des coups et blessures et violation des consignes tels que requis, lundi, par le ministère public.

La vidéo montrant la bagarre entre les deux officiers était virale sur les réseaux sociaux.

« Ce jugement a un caractère non pédagogique mais aussi dissuasif. Cela pourra permettre aux officiers et aux hommes de troupes surtout pendant cette période d’état de siège d’avoir un comportement exemplaire surtout qu’ils sont les premiers animateurs de cet état de siège », a déclaré à la presse, le porte-parole de l’armée au Nord-Kivu, le major Guillaume Njike à la fin de l’audience.

Les deux condamnés vont interjeter appel, a indiqué leur avocat, Me Ruffin Lukoo. Il a relevé des irrégularités dans le jugement « comme le fait de condamner les militaires à perpétuité, sans être radiés de l’armée ».

Sur les réseaux sociaux, beaucoup d’activistes ont dénoncé une condamnation « excessive », mais leur avocat a assuré que le jugement est « exemplaire » car « dissuasif ».

L’état de siège proclamé par le président Félix Tshisekedi au Nord-Kivu et dans la province voisine de l’Ituri pour tenter d’endiguer la violence des groupes armés est une période « exceptionnelle », a assuré la cour militaire. Les autorités civiles ont été remplacées par des militaires.

Agence Anadolu

Workplace