Workplace

Procès Thomas Sankara : l’UNIR PS invite le tribunal militaire à « dire le droit, rien que le droit, mais tout le droit »

Ceci est une déclaration de l’Union pour la Renaissance/ Parti Sankariste, suite à l’ouverture du procès des personnes mises en cause dans l’affaire de l’assassinat de Thomas Sankara et de ses compagnons.

Ce lundi 11 octobre 2021, s’ouvrira le procès emblématique des personnes mises en cause dans l’affaire de l’assassinat du président Thomas Sankara et de ses douze compagnons à partir de 9 h dans la salle des banquets de Ouaga 2000.


En rappel, le 15 octobre 1987, Thomas Sankara et 12 de ses compagnons ont été lâchement assassinés au conseil de l’entente à Ouagadougou.


Après l’assassinat du Président Thomas Sankara, son frère d’arme, Blaise Compaoré s’est autoproclamé Président et a régné sans partage 27 ans durant. Au-delà de bloquer l’évolution de la plainte formulée par les avocats de la famille Sankara, le pouvoir de Blaise Compaoré s’était donné la mission ignoble d’effacer à jamais la mémoire du Président Thomas Sankara.


Et comme il le disait lui-même, « tuer Sankara, des milliers de Sankara naîtront ». Ainsi, Blaise Compaoré sera chassé de façon humiliante les 30 et 31 octobre 2014 par les milliers de Sankara ses héritiers légitimes.


Le dossier Thomas Sankara porté par des Avocats dont l’avocat et homme politique Maître Bénéwendé Sankara a connu par moment la traversée du désert. Arrestations sauvages, violations de domicile conjugal pour des supposées percussions et intimidations de tout genre, n’ont cependant pas ébranlé le courage de l’homme dont tout le monde parle de son courage, de sa constance, de sa loyauté et ses combats aux causes nobles, Me Bénéwendé Sankara.


Après plusieurs années de rebondissement, le dossier Thomas Sankara n’a pu être instruit véritablement qu’en 2015 avec l’ordre de poursuite donné par les autorités de Transition, notamment le Président Michel KAFANDO et le Premier Ministre Yacouba Isaac ZIDA à qui nous exprimons toute notre reconnaissance.


Ce rappel est nécessaire en ce sens qu’il constitue un pan de l’Histoire de notre peuple et ne devrait pas être travestie.


Ce procès tant attendu viendra apaiser les cœurs et est sans nul doute, le début de la Réconciliation nationale réclamée par tous.


Pour l’UNIR/PS, fidèle à son crédo, seule la vérité et la justice pourront ouvrir la voix à l’unité et la réconciliation sincère. En dehors de ces principes sacro-saints, toute autre démarche serait veine.


La raison humaine commande que la loi soit dite dans sa rigueur, sans passion et sans faiblesse, ni esprit de vengeance main dans le strict respect des dispositions légales en la matière.


C’est pourquoi l’UNIR/PS invite le tribunal militaire à dire le droit, rien que le droit, mais tout le droit, pour un apaisement définitif des cœurs du peuple burkinabè qui attend beaucoup du verdict de ce procès et à rendre seulement justice aux différentes familles qui attendent depuis (34) ans.


L’UNIR/PS, conforme à sa quête permanente d’une véritable justice comme aspiration fondamentale de notre peuple, exige toute la lumière et la vérité dans l’assassinat du camarade Président Thomas et de ses compagnons d’infortune.


C’est pourquoi, l’UNIR/PS salue la tenue effective de ce procès qui se veut équitable et respectueux des droits de la défense et espère que les débats seront couverts par l’ensemble des medias afin de soulager notre peuple et celui d’ailleurs de pouvoir suivre le procès pédagogique et historique.


En effet, pour l’UNIR/PS, ce procès est historique mais aussi et surtout pédagogique à l’image des Tribunaux populaires de la Révolution (TPR) et devrait prouver que nul n’est désormais au-dessus de la loi au Burkina Faso.
De ce fait, nous, militants de l’UNIR/PS, réaffirmons que ce procès est aussi la preuve d’une volonté politique du pouvoir de Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE qui veut réhabiliter l’appareil judiciaire et lui donner ses lettres de noblesse afin qu’il joue sa partition dans l’ancrage démocratique, la lutte contre la corruption et pour l’avènement d’une société véritablement démocratique et prospère, prête à se réconcilier avec elle-même sur la base du triptyque : vérité, justice et réconciliation.


L’UNIR/PS salue alors la tenue effective de ce procès et exprime tous ses encouragements à tous les acteurs de la justice qui vont à partir du 11 octobre 2021 écrire une page glorieuse de l’histoire de notre pays, le Burkina Faso.
Pour le Secrétariat exécutif national de l’UNIR/PS

Le Secrétaire Général

Dr Adama DERA

Workplace