Workplace

Ouagadougou : plus de 30 tonnes de cyanure saisies par la Police

La Coordination nationale de lutte contre la fraude (CNLF) a présenté mercredi, lors d’une conférence de presse, 32,7 tonnes de cyanure saisies dans une concession à Borgo, quartier situé à la périphérie Est de Ouagadougou, rapporte Sidwaya.

Workplace
Annonces
Workplace

« On ne peut pas manipuler et détenir des produits d’une telle toxicité au milieu de la population », a déclaré le coordinateur national de lutte contre la fraude, Songuida Valentin Marius Rayaissé, dans les colonnes du quotidien national.

Selon lui, les 32,7 tonnes de cyanure étaient entreposées dans une maison chambre salon à Borgo dans la commune de Saaba.

M. Rayaissé a ajouté que c’est contradictoire à la règle car pour importer du cyanure, il faut un agrément et disposer d’un entrepôt spécial.

Le coordinateur national a ensuite lancé un appel aux populations pour qu’elles dénoncent auprès des autorités, tout cas de mouvement douteux de marchandises.

« Ces genres de produits sont stockés dans des sites de classe 1 pour  dire que sa dangerosité est tellement élevée qu’on autorise pas qu’ils soient dans les zones d’habitations », a ajouté, pour sa part, le directeur de la prévention des pollutions et des risques environnementaux, Roger Baro.

Pour M. Baro, cette détention illégale du cyanure et surtout sa mauvaise gestion est une infraction au code de l’environnement, par conséquent les fautifs seront traduits devant la justice.

Nowato Burkina, une entreprise spécialisée dans la gestion des déchets issus de l’utilisation des produits chimiques, a dit être prête pour un appui à l’enlèvement, le transport, le stockage et la gestion en toute sécurité de ces produits saisis.

«Nous restons à la disposition de l’Administration pour faire des propositions dans la gestion des produits chimiques en général, et en particulier, le cyanure au regard de sa toxicité et de la difficulté de la gérer de façon optimale», a renchéri sa responsable logistique, Michelle Toé/Nana.

Avec l’Agence d’information du Burkina

Workplace