Workplace

Bobo : les habitants des zones “non-loties” vent debout contre les dérives des promoteurs immobiliers


La Faîtière des Associations pour la Défense du Droit au Logement a organisé une marche ce dimanche 10 octobre 2021 à Bobo-Dioulasso. Une marche pacifique qui est partie de la Place Tiéfo Amoro, avec pour destination, le Haut-commissariat de la province du Houet. Là, les marcheurs ont remis leur plateforme revendicative au Haut-commissaire. Une plateforme dans laquelle ils ont dénoncé la spoliation des terres par les promoteurs immobiliers. Ils disent soutenir les reformes de la Loi 057 portant promotion immobilière et foncière, entamées par le Ministère de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Ville.

Des habitants des zones hors lotissement, communément appelées “non-loties”, de la ville de Bobo-Dioulasso ont battu le pavé ce dimanche 10 octobre pour dénoncer la mainmise des promoteurs immobiliers sur les questions de lotissement. Des sacs et des marmites sur la tête, des nattes et des pancartes en mains, ils ont scandé tout au long de la marche des propos du genre : « Nous voulons un logement, donnez-nous un logement!»


Organisée par la faitière des associations pour la défense du droit au logement, la marche est partie de la Place Tiéfo Amoro. Les marcheurs ont emprunté ensuite l’Avenue de la Nation, au Rond-point des Nations Unies. De là, ils ont arpenté le Boulevard Charles de Gaulle jusqu’au au Haut-commissariat du Houet, où ils sont remis leur plateforme revendicative au premier responsable de la province.


La plateforme revendicative était composée de sept points. Il s’agit, entre autres, de la reforme de la Loi 057 portant promotion immobilière et foncière, afin de dissocier la promotion foncière de la promotion immobilière; de la sensibilisation des propriétaires terriens et des chefs coutumiers sur le bien-fondé de la reforme en cours; de la finalisation du dossier de l’apurement du passif foncier à Bobo-Dioulasso; de la levée de la suspension des lotissements à Bobo, en vue de faire un lotissement cohérent, prenant en compte toutes les couches défavorables vivant dans les zones hors lotissement, ou, à défaut, une restructuration pour permettre aux résidents de ces zones de vivre dans des conditions d’hygiène acceptables. Il s’agit en outre de la reconnaissance des zones hors lotissement comme habitats, de la suspension effective “des bornages illégaux des sociétés immobilière telles que Abdoul Service international et ANAYI Sarl” qui “continuent la vente de parcelles nues”, afin de calmer les tensions naissantes entre propriétaires terriens.


Selon l’estimation de la Faitière des Associations pour la Défense du Droit au Logement, ce sont plus de 1750 hectares qui sont octroyés aux promoteurs immobiliers dans la province du Houet. Ce qui fait à peu près 70.000 parcelles de 200m² , plus que suffisantes, selon la faitière, pour l’apurement du passif tant évoqué comme une solution.

Le responsable de la faîtière, Abdoul Karim OUEDRAOGO, et ses camarades, saluent donc les reformes de Loi 057 portant promotion immobilière au Burkina Faso, initiées par le Ministère en charge de l’Urbanisme et de l’Habitat. C’est aussi en soutien à cette réforme que la marche de dimanche a été organisée, selon le président la Faitière des Associations pour la Défense du Droit au Logement.


Lamine SOULAMA, le Haut-commissaire de la province du Houet, a salué le caractère pacifique de la marche, et a promis transmettre la plateforme revendicative à qui de droit.

Gibran MILLOGO, correspondant de ACTUALITE.BF dans la région des Hauts-Bassins

Workplace