Mali : deux anciens ministres placés sous mandat de dépôt

L’ancien Premier ministre malien Soumeylou Boubèye Maïga et Mme Bouaré Fily Sissoko ancienne ministre de l’Economie et des finances, ont été placé sous mandat de dépôt, jeudi, par la chambre d’accusation de la Cour suprême.

Ces anciens ministres sous le régime de l’ancien président Ibrahim Boubacar Keïta, renversé par un coup d’état le 18 août 2020 sont soupçonnés d’être impliqués dans les dossiers de « l’achat de l’avion présidentiel et d’équipements militaires ».

La semaine dernière Soumeylou Boubeye Maïga, qui avait également occupé le poste de ministre de la Défense, avait déclaré sur un plateau de télévision que l’affaire était classée sans suite. Quelques jours plus tard, le procureur de la Cour suprême Mamoudou Timbo a démenti cette information.

 »Le 23 novembre 2018, Mahamadou B Diawara ancien procureur de la République près le tribunal de grande instance de la Commune III du district de Bamako avait classé sans suite l’affaire de vérification de conformité et de performance de l’acquisition d’un aéronef et de fourniture aux forces armées maliennes », à travers un avis dont l’Agence Anadolu a eu une copie.

Mardi dernier, le Procureur près la Cour suprême a apporté des éclaircissements sur les antennes de la télévision nationale et affirmé que l’enquête s’est poursuivie.

« Si on reste comme ça, non seulement l’opinion publique ne comprendra pas cette attitude d’attentisme de notre part, mais encore les faits seront prescrits. Au bout des 10 ans, on ne peut plus reprocher quoi que soit. Or il n’y a rien de plus dangereux pour une République que l’impunité » martèle le procureur général de la cour suprême Mamoudou Timbo.

2013-2014, le vérificateur général avait noté, dans son rapport, la disparition de plus de 153 milliards de francs CFA (274 millions de dollars) et la dilapidation de plus de 20 milliards de FCFA (36 millions de dollars) dans l’achat de l’aéronef présidentiel et des équipements militaires.

Des audits de la Cour suprême et du Bureau du vérificateur général ont été menés et rendus publics à la demande du Fonds monétaire international (FMI). Les rapports d’enquête officiels ont établi des surfacturations de 40 milliards CFA (72 millions de dollars), mais aucun ministre n’a, encore, été mis en cause.

Mme Bouaré Fily Sissoko, était la deuxième personnalité entendue par la chambre d’accusation de la Cour suprême et à être inculpée et placée sous mandat de dépôt. Ancienne ministre de l’Economie et de finances à l’époque, elle a été inculpée pour malversation financière selon la Chambre d’accusation.

Soumeylou Boubeye Maïga a été conduit à la maison centrale d’arrêt de Bamako alors que Fily Sissoko a été emmenée à la prison des femmes de Bollé selon un gardien de prison sous couvert d’anonymat joint au téléphone par l’Agence Anadolu.

Agence Anadolu