Workplace

Macron reconnaît la responsabilité de la France dans le génocide perpétré au Rwanda en 1994

Le président français Emmanuel Macron a reconnu, ce jeudi, le rôle et la responsabilité politique de son pays dans le génocide de 1994 contre l’ethnie Tutsi au Rwanda.

“Je viens reconnaître l’ampleur de nos responsabilités”, a déclaré Macron dans un discours prononcé au mémorial du génocide de 1994 dans la capitale rwandaise, Kigali.

Macron a ajouté que “la France a un rôle, une histoire et une responsabilité politique au Rwanda. Elle a un devoir : celui de regarder l’histoire en face et de reconnaître la part de souffrance qu’elle a infligée au peuple rwandais en faisant trop longtemps prévaloir le silence sur l’examen de la vérité”.

Macron a demandé pardon au Rwanda, mais il n’a pas présenté d’excuses directes et explicites, selon le correspondant de l’Agence Anadolu.

Le président français est arrivé au Rwanda, pays d’Afrique de l’Est, ce jeudi matin, pour une première visite officielle d’un dirigeant français depuis 2010.

Le 6 avril 1994, l’avion du président rwandais de l’époque, Juvénal Habyarimana, qui appartenait à l’ethnie Hutu, est abattu donnant lieu à des opérations d’extermination contre l’ethnie Tutsi, après moins d’une heure du crash de l’avion.

Le retrait des forces des Nations unies du pays lors des massacres et la fourniture d’armes par la France aux Hutus ont conduit à l’escalade du génocide à des proportions inimaginables

Le 17 juillet de la même année, l’armée rwandaise a annoncé la prise de contrôle sur la quasi-totalité du pays, et à la suite des événements qui ont duré environ 3 mois, 800 000 personnes ont été tuées, selon les Nations unies, alors que des sources rwandaises officielles affirment que le bilan des victimes a dépassé le million de morts parmi les Tutsis et les Hutus.

* Traduit de l’arabe par Mounir Bennour.

Agence Anadolu

Workplace