Les conseillers municipaux de Ouaga et Bobo veulent la réforme de la commune à statut particulier

Les conseillers municipaux des villes de Ouagadougou et Bobo-Dioulasso se sont réunis en assemblée générale dans la matinée de ce vendredi 17 septembre 2021 au siège du Conseil Burkinabè des Chargeurs (CBC). Cette rencontre se justifie, selon ses initiateurs, par un devoir citoyen, celui d’apporter une contribution à la réforme de la commune à statut particulier au Burkina.

De nombreux maires et conseillers municipaux des différents arrondissements ont pris part à l’Assemblée générale. Lassané Pierre Yanogo, président régional de l’Association des Municipalités du Burkina Faso (AMBF /Centre) a indiqué dans sa déclaration liminaire que depuis l’adoption de la loi n°55-2004 /AN du 21 décembre 2004 portant Code général des collectivités territoriales (CGCT), le pays est à la troisième phase de décentralisation qui est entrée en vigueur en 2018 avec l’adoption des nouveaux référentiels de la décentralisation.

Pour M. Yanogo, l’objectif de cette troisième phase est de faire des collectivités territoriales des centres de production de services publics accessibles, de qualité et capables d’impulser le développement. Le président de l’AMBF de la région du Centre a expliqué que la règlementation de la commune à statut particulier dans le CGCT doit être revue, parce qu’elle est inachevée en ce qui concerne le statut de l’arrondissement, et qu’elle est, de ce fait, source de conflits de compétences entre la commune et les arrondissements.

Foi de M. Yanogo, la règlementation en vigueur est également source d’inefficacité de l’action communale sur le terrain. Par ailleurs, relève le président de séance, les textes ne permettent pas une optimisation de l’utilisation des ressources humaines et financières pour répondre aux besoins des populations. «Le schémas d’organisation que nous vous proposons a été fait par des experts qui se sont appuyés sur l’expérience de plusieurs villes de référence dans le monde, dont Tokyo, Berlin, Paris, etc. », a-t-il ajouté. Pour Lassané Pierre Yanogo, il résulte de cette étude qu’il est nécessaire de reformer la commune à statut particulier, dans le but de renforcer la coordination et l’efficacité inter et intra territoriale.

A cet effet, la démarche de révision devrait aboutir, selon lui, à l’efficacité de l’autonomie de la collectivité territoriale par un budget autonome et un ordonnateur distinct, à l’effectivité de l’autonomie de la collectivité territoriale « arrondissement » par l’efficacité de maitrise d’ouvrage d’arrondissement, à la mise en place d’un cadre de contractualisation et de mutualisation inter arrondissements, et enfin, à l’efficacité de l’autonomie de la collectivité territoriale par l’accès aux financements dédiés aux infrastructures urbaines de base, à l’appui technique des services techniques communaux, et à la participation aux organes de coordination.