Le Niger ferme son espace aérien aux vols commerciaux du Nigeria

L’Agence pour la Sécurité de la Navigation Aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA) a annoncé dans un communiqué en date du 07 février, la fermeture de l’espace aérien du Niger aux vols commerciaux en provenance ou à destination du Nigeria.

Annonces

Cette décision met en lumière les tensions politiques grandissantes entre ces deux pays. Cette mesure intervient dans un contexte de rétorsions diplomatiques, suite au retrait du Niger de la CEDEAO et aux sanctions imposées par le Nigeria.

Elle fait suite au retrait du Niger de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) fin janvier, en solidarité avec le Burkina Faso et le Mali. En réponse, le Nigeria a imposé des sanctions, entraînant des restrictions de vol entre les deux pays.

Les médias nigériens ont rapporté que les autorités du Niger ont décidé de restreindre l’accès à leur espace aérien aux vols en provenance et à destination du Nigeria, en réponse aux mesures similaires prises par le Nigeria. Cette escalade découle des tensions exacerbées par le coup d’État survenu au Niger le 26 juillet dernier, conduisant à des répercussions politiques et des décisions unilatérales affectant les liaisons aériennes entre les deux pays.

En outre, le Niger avait déjà pris des mesures restrictives en fermant son espace aérien aux vols militaires opérationnels et aux vols spéciaux depuis le coup d’État. L’ASECNA précise que cette restriction demeure en vigueur, exigeant une autorisation préalable pour ces vols spécifiques.

Cette situation complexe a des répercussions sur les itinéraires de vol reliant le Nigeria à l’Europe et à certains pays du Maghreb, qui passent par le Niger. En conséquence, les compagnies aériennes et les voyageurs pourraient subir des perturbations et des ajustements dans leurs plans de déplacement en raison de ces restrictions aériennes.

Alors que les relations entre le Niger et le Nigeria demeurent tendues, l’avenir de leur coopération économique et diplomatique reste incertain, soulevant des préoccupations quant à l’impact à long terme de ces tensions sur la région et au-delà.