Le ministre Nacanabo présente le projet du budget de l’État 2024 aux députés de la COMFIB

Le ministre de l’Économie, des Finances et de la Prospective, Dr Aboubakar NACANABO accompagné d’une équipe technique, a présenté, le projet de loi de finances pour l’exécution du budget de l’État, exercice 2024 aux députés membres de la Commission des Finances et du Budget (COMFIB) de l’Assemblée Législative de Transition, ce lundi 20 novembre 2023.

Elaborée sur la base des orientations de la circulaire budgétaire, des priorités et choix stratégiques budgétaires découlant du Plan d’action pour la Stabilisation et le Développement (PA-SD), la loi de finances 2024 a opéré des choix stratégiques qui reposent sur la couverture importante des charges du budget par les recettes propres et le recours aux autres formes de concours, notamment les financements extérieurs sous forme d’appuis budgétaires, le marché financier sous régional et les Partenariats public-privé (PPP).

Ainsi, le projet de budget de l’État, exercice 2024 se chiffre à 2 982,1 milliards FCFA en recettes et à 3 657,6 milliards FCFA en dépenses dégageant ainsi un solde budgétaire global de -675,5 milliards FCFA correspondant à -4,6% du PIB nominal.
Les recettes budgétaires totales enregistrent une hausse de 350,8 milliards FCFA par rapport aux prévisions de 2023, soit un taux relatif de 13,33%.
Les dépenses budgétaires quant à elles connaissent une hausse de 13,03% entre 2023 et 2024 correspondants à un montant en valeur absolue de 421,7 milliards FCFA. L’épargne budgétaire se chiffrerait à 457,3 milliards de FCFA en 2024 correspondant à une amélioration de 184,1 milliards de FCFA par rapport à 2023.

Annonces

Le déficit budgétaire ressortirait à 675,5 milliards de FCFA en 2024. Ce déficit sera couvert par les ressources de trésorerie notamment, les emprunts projets et programmes, des emprunts obligataires dont le montant sera déterminé par la Stratégie de gestion de la dette à moyen terme et tout autre mode de financement légal qui pourrait être exploité à cet effet.

Pour atteindre ces objectifs, le Gouvernement à travers le ministère de l’Économie, des Finances et de la Prospective poursuivra la modernisation des procédures au niveau des régies de recettes, l’élargissement de l’assiette fiscale et l’amélioration du rendement de l’impôt ainsi que la modernisation des procédures de la dépense publique par la dématérialisation des processus de passation de la commande publique et des documents de la chaîne de la dépense publique.

𝐃𝐂𝐑𝐏/𝐌𝐄𝐅𝐏