Le Mali et le Niger envisagent une coopération mixte pour lutter contre le terrorisme au Sahel

L’information ressort de la visite du Premier ministre nigérien Lamine Zeine Aly Mahamane ce jeudi soir à Bamako. Cette visite au Mali vise à renforcer les liens de coopération entre le Mali et le Niger, assure le Chef du gouvernement nigérien, qui annonce la mise en place rapidement d’une grande commission mixte de Coopération entre les deux États.

Annonces

« Le Premier ministre malien a donné des instructions claires afin que nos ministres se préparent et que nous puissions revenir dans quelques jours poursuivre les discussions », a déclaré à la presse, Lamine Zeine Aly Mahamane, tout en expliquant que « les deux parties ont aussi partagé leurs préoccupations communes en ce qui concerne le terrorisme, qui affecte les deux États ».

Et d’ajouter : « Nous avons partagé nos expériences, nos engagements et surtout notre détermination commune à faire face à ce fléau ».

Porteur d’un message du Chef d’État nigérien, le Général Abdourahamane Tchiani, Lamine Zeine Aly Mahamane a été reçu en audience par le Colonel Assimi Goïta, Président de la Transition.

Le chef du gouvernement nigérien était accompagné entre autres de ses ministres de la Défense, le Général Salifou Mody, des Affaires étrangères, Bakary Sangaré et de son ministre délégué au Budget, Moumini Boubacar Seydou, ainsi que de plusieurs autres personnalités.

En outre, le chef de la délégation nigérienne a indiqué, « le Niger n’oubliera jamais l’engagement du Mali et du Burkina Faso à ses côtés suite aux sanctions illégales et illégitimes de la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest ) et aux velléités d’agression par procuration, de l’organisation sous régionale ».

Depuis le coup d’état du 26 juillet 2023 contre le Président Mohamed Bazoum, le Mali et le Niger ont renforcé leur coopération

Pour rappel, le Mali, le Burkina Faso et le Niger ont annoncé en septembre la création d’une alliance de défense collective. La création de l’alliance de défense collective est intervenue sur fond des tensions croissantes avec la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) et la dégradation des relations diplomatiques entre ces trois États du Sahel et la France, ancienne puissance coloniale.

Agence Anadolu