Workplace

Le gouvernement nigérian accuse Twitter de double langage et de soutien aux sécessionnistes

Le gouvernement nigérian a exprimé mercredi des doutes sur la “mission” de Twitter dans son pays, accusant la société américaine de technologie de double langage et de soutien aux sécessionnistes.

Le ministre de l’Information et de la Culture, Lai Mohammed, s’en est pris au réseau social après que celui-ci a supprimé un tweet du président Muhammadu Buhari qui lançait un avertissement aux fauteurs de troubles dans le pays.

“Nous avons un pays à gouverner et nous le ferons au mieux de nos capacités. La mission de Twitter au Nigeria est très suspecte, il a un programme”, a-t-il accusé.

Dans ce tweet supprimé, M. Buhari faisait référence à la guerre civile qui a frappé le pays entre 1967 et 1970, exigeant de “ceux qui veulent que le gouvernement échoue” à cesser de fomenter des troubles.

“Beaucoup de ceux qui se comportent mal aujourd’hui sont trop jeunes pour être conscients de la destruction et des pertes en vies qui ont eu lieu pendant la guerre civile au Nigeria. Ceux d’entre nous sur le terrain pendant 30 mois, qui ont vécu la guerre, leur parleront dans une langue qu’ils comprendront”, avait-il tweeté mardi soir.

Twitter a supprimé ce message le lendemain après les critiques de certains twittos.

M. Mohammed a remis en question les règles de Twitter.

La plateforme de microblogage “a peut-être ses propres règles, mais elles ne sont pas universelles. Si M. le président (Buhari) ou n’importe qui dans le monde se sent très mal et préoccupé par une situation, il est libre d’exprimer de telles opinions”, a-t-il argué.

Le réseau social américain, a-t-il affirmé, n’a en revanche rien fait à propos des tweets lors de la campagne End SARS l’an dernier contre les violences policières

“Lorsque des gens ont incendié des commissariats et tué des policiers au Nigeria pendant End SARS, un mouvement social décentralisé, Twitter y a vu le droit de manifester. Mais quand une chose similaire s’est produite aux Etats-Unis, c’est devenu une insurrection”, a dénoncé Lai Mohammed. 

Agence Xinhua

Workplace