Kenya : le chef de l’opposition appelle à des manifestations hebdomadaires

La police kenyane a tiré des balles en l’air et lancé des grenades lacrymogènes pour disperser des centaines de manifestants, emmenés par le chef de l’opposition Raila Odinga, qui a promis d’organiser des manifestations similaires chaque semaine dans la capitale Nairobi.

Dans le quartier de Kibera, où les jeunes avaient bloqué les routes en mettant le feu à des barricades et lançant des pierres contre les policiers, a été le théâtre de batailles rangées entre les deux parties. Certains jeunes ont été matraqués tandis que d’autres ont été arrêtés.

Les manifestations répondent à un appel d’Odinga, qui a exhorté ses partisans à prendre part à une manifestation nationale réclamant que le président William Ruto prenne des mesures pour réduire le coût de la vie.

Annonces

“Le coût de la vie est tout simplement trop élevé, tous les produits de base sont chers, nous ne pouvons pas nous permettre d’acheter de la nourriture et la hausse des prix du carburant a encore aggravé la situation”, a déclaré l’un des manifestants à Anadolu Ajansi.

Des centaines de partisans de l’opposition ont pris part aux manifestations dans tout le Kenya.

Les principaux axes routiers de la capitale, Nairobi, y compris Procession Way, qui mène à la State House (Palais d’État, résidence officielle du président de la République du Kenya), sont restés barricadés par des policiers lourdement armés.

Les partisans de l’opposition souhaitaient se rendre dans le quartier central des affaires de Nairobi, pour rejoindre le leader de l’opposition, Raila Odinga, qui les conduira à la State House pour faire part de leurs doléances.

Odinga a ensuite pris la tête de centaines de milliers de ses partisans dans une marche de protestation faisant suite au refus qui lui a été opposé d’accéder au quartier, où la police avait bloqué les routes principales.

Le chef de l’opposition a averti le président Ruto qu’il devait se préparer à des manifestations virulentes tous les lundis.

“Nous demandons que le coût de la vie baisse, nous manifesterons tous les lundis jusqu’à ce que cela soit fait, la lutte vient de commencer et elle se terminera lorsque nos revendications auront été prises en compte”, a-t-il déclaré à la foule.

Odinga a également réclamé la libération des députés de l’opposition récemment arrêtés.

Le vice-président Rigathi Gachagua a exhorté l’opposition à mettre fin aux manifestations, soulignant qu’elles avaient déjà coûté 2 milliards de shillings kenyans (15,3 millions de dollars) à Nairobi.

“L’économie avait commencé à donner des signes de reprise et nous recevions beaucoup de soutien de la part des bailleurs de fonds internationaux et d’autres partenaires (…) Les manifestations organisées par l’opposition sont néfastes pour les affaires, elles nuisent à l’économie et nous souhaitons demander aux organisateurs d’envisager de mettre un terme à la pagaille et au chaos”, a déclaré Rigathi Gachagua.

Les manifestations au Kenya interviennent alors que des manifestations similaires sont prévues le 20 mars dans cinq autres pays africains, à savoir le Nigeria, le Sénégal, la Gambie, la Tunisie et l’Afrique du Sud.

Si les manifestations au Kenya protestent contre l’augmentation du coût de la vie, les manifestations dans les autres pays ont des objectifs de différentes natures.

À mesure que les manifestations s’étendent sur le continent africain, des inquiétudes se font jour quant à l’usage excessif de la force dans la gestion des manifestations par les forces de l’ordre. Des voix se sont élevées pour exhorter les autorités à respecter le droit de manifester pacifiquement et à assurer la sécurité des manifestants.

Agence Anadolu