Workplace

Investiture du Président réélu : Roch KABORE fait des annonces fortes sur la Réconciliation nationale

Roch Marc Christian KABORE a rempilé pour un second mandat. Après l’annonce des résultats par la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), le Conseil Constitutionnel a confirmé l’ordre desdits résultats. Roch Marc Christian Kaboré est arrivé en tête avec 57,47% des suffrages, remportant ainsi le scrutiny dès le premier tour. La cérémonie d’investiture a eu lieu le lundi 28 décembre 2020 à Ouagadougou. A l’ocassion, le Président réélu a fait des annonces fortes sur des sujets de l’heure comme la Réconciliation nationale.

Workplace
Annonces
Workplace

La cérémonie d’investiture marquant officiellement la prise des fonctions du Président du Faso s’est déroulée ce 28 décembre 2020 dans la cuvette du Palais des sports de Ouaga 2000.

Une cérémonie sobre, au regard de la persistance de la Covid-19. 1200 personnes ont eu accès à la salle de 5000 places.  Mais l’événement était tout riche en émotions.

Dix chefs d’état de la sous-région ( Côte d’Ivoire, Ghana, Guinée, Guinée Bissau, Liberia, Mauritanie, Niger, Sénégal, Tchad, Togo), ainsi que des délégations étrangères de haut niveau, ont rehaussé l’éclat de la cérémonie par leurs présences. Des autorités coutumières et religieuses, des candidats malheureux à la présidentielle, des députés, tous ont été témoins de la prestation de serment de Roch Marc Christian Kaboré.

La cérémonie s’est déclinée trois actes majeurs. L’audience solennelle du Conseil Constitutionnel qui a connu la lecture de l’acte du conseil Constitutionnel, la prestation de serment et le dépôt, par le Président réélu, de la liste de ses biens. La deuxième étape était la remise des insignes de grand maître des ordres nationaux au Président du Faso par le Grand Chancelier des ordres burkinabè.

Le dernier point du cérémonial était le discours du chef de l’État à la nation.

Dans ce discours aux airs de déclaration de politique générale, le chef de l’État n’a pas manqué d’évoquer les grands chantiers qui l’attendent les cinq années à venir. La Réconciliation nationale, la justice, l’insécurité, la lutte contre la corruption et bien d’autres, sont  ces sujets qui ont été abordés dans le discours d’un quart d’heure. Le Président KABORE a notamment appelé à la construction d’un nouveau pacte social : «… Je tiens à rassurer que je resterai attentif aux préoccupations de mes concitoyens, surtout en ce qui concerne la réconciliation nationale, la paix et la sécurité, gage de toute action de développement…».  Il déclare ainsi les priorités de son quinquennat avant de poursuivre, «… Pour concrétiser ma volonté d’amener tous les burkinabè dans la conduite des affaires publiques, je lancerai dans les mois à venir, des larges consultations afin d’établir les bases d’une réconciliation nationale véritable. Ma conviction est établie que la réconciliation nationale ne saurait faire l’économie des crimes de sang, des crimes économiques et politiques qui, depuis les années 60 à nos jours, continuent d’envenimer les rapports entre les Burkinabè ».  Et pour mener à bien cette mission, le Président a exposé la conduite à tenir : «… Cette réconciliation doit aller au delà des questions conjoncturelles, pour nous permettre de définir ensemble les bases d’une  société burkinabè fondée sur les valeurs cardinales du travail, de la probité, de la dignité et de la défense de l’intérêt national que nous léguerons à la postérité ».  Il appelle ainsi les Burkinabè à un changement de mentalité de comportement et d’idée pour la défense de l’État-nation, de l’État démocratique et de notre vivre ensemble.

Workplace