Workplace

Insécurité dans l’Est : le Premier ministre reçoit un diagnostic et des solutions

Le Premier ministre Christophe DABIRE a reçu ce jeudi 14 février en audience, M. Dieudonné OUATTARA, Secrétaire permanent du Centre National pour la Coordination du Mécanisme d’Alerte Précoce  et de Réponse (CN-CMAPR). M. OUATTARA était accompagné d’une délégation. L’objectif de l’audience était de présenter les résultats et les recommandations d’une étude sur le défi sécuritaire dans la région de l’Est. Cette étude  a été commanditée par le chef du Gouvernement.

Workplace
Annonces
Workplace

L’étude a été menée au regard de la dégradation de la situation sécuritaire dans la région de l’Est, a expliqué le Secrétaire permanent du CN-CMAPR. Par ailleurs, dans l’accomplissement des missions qui sont confiées au CN-CMAPR, à savoir le suivi et les analyses des menaces sur la sécurité humaine, cette étude a été faite de manière inclusive et participative.

Remise du rapport d’études au Premier ministre

Selon M. OUATTARA, le centre a pu mettre en exergue les facteurs de vulnérabilité de la région. Ensuite, il a réussi à mettre le doigt sur les déterminants de la montée de l’insécurité dans la région. Enfin, il a décelé les difficultés de développement au niveau de la région de l’Est.

De ces constats, le centre a dégagé des recommandations regroupées en quatre blocs.  Il s’agit des recommandations sur le dispositif sécuritaire, où il demande au Gouvernement de revoir le maillage sécuritaire et d’opérationnaliser plus les forces de défense et de sécurité, en les équipant en moyens roulants.

Au niveau de la participation communautaire et de la cohésion sociale, notamment le fonctionnement des Volontaires de la Défense pour la Patrie (VDP), les acteurs ont souhaité que ces volontaires soient équipés et installés dans chaque village, afin de faire face à cette lutte commune.

Des recommandations concernant le respect des droits humains ont été faites dans le rapport

Le faible développement de l’Est est également pointé du doigt par l’équipe d’étude, comme facteur d’insécurité. En effet, pour M.OUATTARA, l’enclavement de cette zone se présente  comme un obstacle à la lutte contre l’insécurité.

Dieudonné OUATTARA a terminé en invitant le gouvernement à mettre en place un comité pour le suivi de ces recommandations, lequel comité devant loger à la Primature.

Souleymane ZOETGNANDE, ACTUALITE.BF

Workplace