Workplace

Guinée Equatoriale : deux militaires écopent de 35 et 50 ans de prison

En Guinée Equatoriale, le tribunal militaire de Bata a condamné à 35 ans de prison le lieutenant-colonel Valentin Nzang Ega et à 50 ans le caporal José Antonio Obama Nsue, a annoncé, samedi, la radio-télévision d’Etat (TVGE).

Workplace
Annonces
Workplace

Les deux militaires ont été reconnus coupables par le tribunal militaire d’« homicides, dommages, incendie, négligence, imprudence punissable ayant provoqué des décès », a souligné la TVGE.

Les deux accusés ont, en outre, été condamnés à payer environ 15 000 euros à chaque famille des victimes.

Selon la juridiction guinéenne, les verdicts des tribunaux militaires ne sont pas susceptibles d’appel ni de recours en cassation.

Le 7 mars dernier, au moins trois explosions destructrices avaient secoué le camp de Nkoa-Toma et de nombreux quartiers d’habitation voisines, après qu’un incendie dû à un écobuage mal maîtrisé eut mis le feu à l’arsenal et l’armurerie de l’emprise militaire.

Les très puissantes déflagrations avaient saccagé les édifices du camp abritant des militaires des forces spéciales et des gendarmes et leurs familles. L’explosion avait aussi éventré ou aplati d’innombrables maisons des quartiers environnants.

Lors de leur audience, mi-juin dernier, le procureur militaire Alejandro Mitogo avait souligné que les deux militaires étaient jugés pour « homicides, dommages, incendie, négligence, imprudence punissable ayant provoqué des décès ».

Le procureur militaire de la ville de Bata avait alors requis la peine maximale de 70 ans contre le caporal José Antonio Obama Nsue et de 30 ans contre le lieutenant-colonel Valentin Zang Ega.

Agence Anadolu

Workplace