Guillaume Soro peut rentrer au pays « quand il veut » (porte-parole du Gouvernement ivoirien)

Le porte-parole du gouvernement ivoirien, Amadou Coulibaly, a déclaré jeudi que « le pays reste ouvert » à l’ex-Premier ministre Guillaume Soro, s’il désirait rentrer en Côte d’Ivoire.

Annonces

Amadou Coulibaly a soutenu les propos du ministre de l’Intérieur, Diomandé Vagondo, qui affirmait que M. Guillaume Soro « peut rentrer quand il veut », car « effectivement, le pays est ouvert », à l’issue d’un Conseil des ministres, précise l’Agence de presse africaine (APA).

Pour lui, le ministre ivoirien de l’Intérieur, le général Diomandé Vagondo, qui a géré le retour de plusieurs exilés « dit juste ». Et d’ajouter que « la vision de paix du chef de l’Etat a fait qu’il a donné les moyens pour que tous ceux qui s’étaient auto-exilés puissent rentrer », rapporte le média africain.

L’ex-président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro, avait été condamné en 2020 à la « prison à vie » par le tribunal criminel d’Abidjan. Lui et 19 de ses proches étaient poursuivis pour « tentative d’atteinte à l’autorité de l’État, complot, diffusion de nouvelles fausses et troubles à l’ordre public », rappelle l’APA.

« Maintenant, quant à savoir si des décisions de justice seront appliquées (…) Il y a le temps de la justice, il y a le temps de la négociation et il y a le temps de la politique », a laissé entendre le porte-parole du gouvernement ivoirien cité par le même média.

En exil depuis 2019, l’ancien Premier ministre de la Côte d’Ivoire, a annoncé le 12 novembre dans un publication sur X son intention de rentrer dans son pays natal sans préciser de date.

Depuis cette annonce il a entamé une série de visite dans les pays dirigés par des militaires, après Niamey il s’est rendu le 21 novembre à Ouagadougou, où il a été reçu par le capitaine Ibrahim Traoré.

Agence Anadolu