Formation civique et patriotique : Le Premier ministre lance le recrutement de 2 400 jeunes

Le Premier ministre, Dr Apollinaire Joachimson Kyélem de Tambèla, a lancé, ce vendredi 21 juin 2024, à Bobo-Dioulasso, la campagne de recrutement de la 81e promotion des Appelés du Service National pour le Développement (SND).

Annonces

Cette campagne de recrutement qui s’étalera du 21 juin au 06 juillet 2024, sur toute l’étendue du territoire national, sera constituée de 2 400 jeunes volontaires âgés de 18 à 35 ans, issus de toutes les couches sociales, de tous les niveaux d’étude, de divers profils et de toutes les provinces du Burkina Faso.

La répartition de ce contingent comprend 1 700 Appelés en appui à l’administration publique, 600 Appelés à former aux métiers dans les centres de formation et de production de Loumbila, de Badala et de Bagré, 100 Appelés à mettre à la disposition de la Brigade nationale des sapeurs-pompiers (BNSP) où ils serviront dans le domaine de la protection civile.

Selon le Premier ministre, Dr Apollinaire Joachimson Kyélèm de Tambèla, l’évolution du service national en Service national patriotique, avec le maintien du Service national pour le développement (SND) comme structure opérationnelle répond à la “nouvelle philosophie en marche”.

“Il s’agit de construire la patrie. Vous ne pouvez pas construire votre patrie, si vous ne connaissez pas l’histoire, la culture, la philosophie de votre patrie. Le service national pour le développement c’est bien, mais le développement peut se faire selon des modèles déterminés et selon les pays. Le développement pour la patrie, c’est particulier. Nous voulons que ce soient des jeunes qui vont travailler pour leur patrie. La notion de patriotisme sera inculquée à ces jeunes. Il faut qu’ils aient l’amour de leur patrie, qu’ils sachent quels sont les besoins de leur patrie et qu’ils travaillent pour cette patrie”, a-t-il expliqué.

Et Dr Kyélèm de Tambela de poursuivre : “Quand vous voyez certaines personnes qui sont à l’extérieur et qui inondent la presse de fausses informations contre leur propre pays, c’est parce qu’ils ne considèrent pas le Burkina Faso comme leur patrie. Leur patrie c’est là où sont leurs intérêts. Leur patrie est liée au capitalisme international. Comment peut-on, pour des intérêts particuliers, vendre son pays à l’étranger, alors que tes ancêtres reposent dans ce pays ? Il faut, en toute chose, penser à ton pays d’abord. Même si tu es pauvre, il faut savoir rester digne, en respectant ton pays. C’est cela que nous voulons inculquer aux nouveaux Appelés”.

Pour lui, “l’intégrité, le patriotisme, le travail, la discipline et la solidarité” sont des valeurs que les futurs Appelés doivent incarner.

DCRP/Primature