Workplace

Anacarde : les commerçants et exportateurs dénoncent une prise en otage de leur filière par le CBA

Après plusieurs séances d’information et de sensibilisation des acteurs directs et indirects de la filière anacarde par rapport à l’instauration des agréments professionnels dans la commercialisation de la noix brute de cajou, le Conseil Burkinabè de l’Anacarde (CBA) fait le bilan. Une rencontre synthèse a eu lieu le mardi 15 juin 2021 à Bobo. Au cours de cette rencontre, le CBA a dévoilé les résultats des ses tournées d’information et de sensibilisation. Au cours de la rencontre synthèse, l’Union Nationale des Commerçants et Exportateurs d’Anacarde du Burkina Faso (UNCEA-BF), opposée à l’instauration d’agréments dans la filière anacarde, a une fois de plus marqué son opposition. Pour elle, le moment n’est pas propice à l’instauration d’agréments dans la filière anacarde au Burkina Faso.

Le présidium lors de la rencontre du CBA

C’est à travers des pancartes sur lesquelles on pouvait lire entre autres « Non à la prise en otage de la filière anacarde par le CBA », « Les acteurs disent non à l’agrément dans la filière anacarde », que l’Union Nationale des Commerçants et Exportateurs d’Anacarde du Burkina Faso (UNCEA-BF) a manifesté son opposition à l’instauration des agréments professionnels dans la commercialisation de la noix brute de cajou au Burkina Faso. C’était au cours de la rencontre synthèse des résultats des tournées d’informations et de sensibilisations sur la mise en place d’agréments dans la filière anacarde, initiée par le Conseil Burkinabè de l’Anacarde (CBA). Selon Moussa GORY, président de l’UNCEA-BF, il ressort des tournées d’informations et de sensibilisations sur la mise en place d’agréments dans la filière anacarde, que la plupart des commerçants rejettent catégoriquement l’agrément. Pour le président de l’UNCEA, si le CBA veut tenter un passage en force en instaurant les agréments, « ça va causer beaucoup de problèmes dans la filière anacarde. »

Des manifestants munis de pancartes

Les commerçants et exportateurs d’anacarde disent avoir beaucoup d’inquiétudes par rapport au projet d’instauration d’agréments dans leur filière. Ils se posent plusieurs questions, selon Moussa GORY. Des questions qui sont, pour le moment, sans réponse selon le président de l’UNCEA-BF. Pour lui, un travail doit se faire d’abord en vue de régulariser le marché national, avant de passer à la mise en place des agréments dans la filière.

Les manifestants souhaitent que leurs préoccupations soient prises en compte dans le rapport final qui sera remis au Premier ministre. En effet, à l’issue de la rencontre synthèse du CBA, un rapport des tournées d’informations et de sensibilisations sur la mise en place d’agréments dans la filière anacarde sera remis au Premier ministre qui doit trancher, en vue de mettre fin au bras de fer qui oppose le CBA à l’UNCEA-BF.

Gibran MILLOGO, Correspondant de ACTUALITE.BF dans les Hauts-Bassins

Workplace