Workplace

Est de la RDC : des arrestations liées au meurtre de l’ambassadeur d’Italie (police)

La police congolaise a affirmé détenir des personnes impliquées dans des kidnappings récurrents des humanitaires et le meurtre, en 2021, de l’ambassadeur d’Italie, tué au nord de la ville de Goma, dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC).

Le chef de la police dans la province du Nord-Kivu dont Goma est le chef-lieu, le général Aba Van Ang a présenté mardi des groupes de malfrats lors d’une réunion avec le gouverneur militaire de la province, Constant Ndima.

Certaines des personnes détenues étaient impliquées dans le meurtre de l’ambassadeur Luca Attanasio, a-t-il indiqué.

« Je vous présente trois groupes de criminels qui ont endeuillé la ville de Goma. Parmi eux, le groupe qui a attaqué le convoi de l’ambassadeur » d’Italie, a déclaré le général Aba Van Ang, au cours d’une cérémonie à Goma.

L’homme soupçonné d’avoir tiré sur l’ambassadeur, « est en fuite », a regretté l’officier, assurant toutefois que parmi les personnes arrêtées, il y a « Bahati et Balume », deux assaillants appartenant au même groupe.

Le diplomate italien avait été victime d’un rapt qui avait mal tourné, selon les autorités. Quand « Aspirant » (le tireur recherché) a tiré sur l’ambassadeur, « ils ont beaucoup regretté, car les malfaiteurs avaient l’intention de kidnapper le diplomate et demander un million de dollars de rançon pour sa libération », a affirmé le général.

En février de l’an 2021, l’ambassadeur Luca Attanasio, son garde du corps Vittorio Iacovacci et leur chauffeur congolais Mustapha Milambo ont été tués alors qu’ils se rendaient dans une école du territoire de Rutshuru pour un projet du programme alimentaire mondiale (PAM), agence des Nations Unies basée à Rome.

Après la mort de l’ambassadeur italien Luca Attanasio, son pays avait demandé l’ouverture d’une enquête approfondie aux Nations Unies.

Son épouse, une marocaine philanthrope avait, dans un journal italien, évoqué la « trahison » d’un collaborateur qui aurait entrainé la mort de son mari. L’Italie n’a plus nommé d’ambassadeur en RDC depuis ce drame.

Le groupe de détenus présenté mardi à la presse à Goma, est également impliqué dans l’enlèvement en décembre de membres du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), qui ont ensuite été libérés, selon le chef de la police.

L’importante façade de l’Est congolais pétille dans la violence depuis plus de deux décennies

Des groupes armés rivaux se battent contre les troupes gouvernementales et entre eux pour le contrôle des terres et des minerais.

Les enlèvements et les attaques contre les convois d’aide, autrefois relativement rares, sont en augmentation, selon l’ONU et la panoplie d’organisations opérant dans la région.

Agence Anadolu

Workplace