Workplace

El Kabor : l’ascension d’une web-humoriste

Vous l’avez sûrement rencontrée dans vos promenades sur les réseaux sociaux, croquant du poulet, maniant la langue du Larlé Naaba Anbga, avec de l’humour et du piquant. Elle, c’est El Kabor, Denise KABORE à l’état civil. Ce 8 mars, elle a sacrifié de son temps commémoratif pour rendre visite à ACTUALITE.BF. Justement, le thème national de ce 8 mars est : « Inclusion financière par le numérique pour un développement économique de la femme : Défis et perspectives» Et, votre média en ligne a arraché pour vous des confidences de la web-humoriste.

Workplace
Annonces
Workplace
El Kabor dans les locaux de ACTUALITE.BF

El Kabor fait partie de la nouvelle génération d’humoristes burkinabè. Elle a opté pour le web humour, et Facebook est sa scène de prédilection. Ses vidéos en langue mooré cumulent des millions de vues et des milliers d’interactions sur ce réseau. Deux de ses vidéos, y compris sa  toute première, ont franchi la barre d’un millions de vues sur le social-media de Mark ZUKERBERG.

Dans des séquences de courtes vidéos, très souvent dans une posture de mangeuse de poulet flambé, El Kabor arrive à capter l’attention des internautes, en évoquant des sujets de société. Son thème de prédilection, c’est sans doute la vie de débauche de certains jeunes, et les conséquences qui en découlent. Avec un style d’humour factuel et naturel, Denise KABORE a su se faire un nom dans le milieu humoristique.

L’entretien, en langue mooré

Étudiante après son baccalauréat obtenu en 2015, El Kabor est venue officiellement dans l’humour le 07 avril 2020, soit il y a 11 mois. Ayant participé depuis son enfance à des activités théâtrales de l’Eglise catholique, à travers notamment le Mouvement CV/A, la native de Gonsin (3 kilomètres de Ouagadougou) a fini par prendre conscience de son talent et de sa capacité à faire rire le public. Elle qui rêvait de devenir une sœur religieuse !

Denise explique que l’arrêt des cours dû à l’avènement du Coronavirus a accéléré les choses. «Au lieu d’aller papoter inutilement tous les jours après l’arrêt des cours, j’ai préféré me consacrer totalement à l’humour.»

Les débuts n’ont pas été faciles, surtout pour une femme,  mais la jeune humoriste dit apercevoir peu à peu le bout du tunnel : « Je peux dire que ça va actuellement, puisque je vis exclusivement de l’humour. J’ai même suspendu mes études pour me consacrer à  ce métier». El Kabor est en effet régulièrement contactée pour des campagnes de publicités, et cela nourrit …sa femme. Elle témoigne néanmoins des difficultés auxquelles elle fait face : « Beaucoup racontent que je suis une prostituée, et certains viennent me le dire en face d’une façon indécente. Mais moi, je sais ce que je veux.  Je suis donc immunisée contre ces personnes malveillantes».

Une des vidéos de El Kabor

Sur le caractère « pervers » que d’autres attribuent à ses vidéos, l’artiste pense que ces gens sont de mauvaise foi, car les vidéos qu’elle édite conseillent de façon subtile les internautes : « Ce que je fais, ce ne sont pas des bêtises. Ça a un sens. L’objectif, c’est d’impacter positivement la manière de vivre des gens sur certains faits de la société ».

Après plus d’une année dans le milieu de l’humour, El Kabor n’a pas encore beaucoup de contacts avec ses devanciers et, surtout, ses collègues femmes. « J’ai commencé il n’y a pas longtemps. Je n’ai donc pas encore eu l’occasion de côtoyer les grands humoristes de ce pays. Mais je ne suis pas pressée ; je prends mon temps pour bien ficeler les choses », explique-t-elle.

Denise KABORE précise qu’elle travaille seule pour le moment, même si des amis et connaissances l’accompagnent souvent de façon bénévole dans la réalisation de ses vidéos.

Notre pépite de l’humour ambitionne de faire connaître ses œuvres au-delà des réseaux sociaux, et de mener une carrière internationale. Et pour y arriver, elle compte sur la force de son travail et promet de ne rien lâcher, même si des gens travaillent à la décourager. Les choses s’accélèrent déjà sur ce plan, avec la diffusion de ses vidéos sur la chaîne de télévision SMTV / Ouest.

El Kabor invite ses fans à maintenir leur confiance placée en elle, et promet surtout des innovations dans les jours à venir. Elle les remercie par ailleurs pour les marques d’affection qu’elle reçoit tous les jours dans la rue, et à travers les multiples appels et messages sur Whatsapp et Messenger.

Workplace