Workplace

[EDITO] Recrutement de VDP : pour que l’espoir d’une victoire l’emporte sur les risques d’un chaos

Recruter 50.000 Volontaires pour la Défense de la Patrie (VDP) : tel est l’ambition et le pari affichés par les nouvelles autorités du Burkina Faso, dans l’optique de lutter efficacement contre le terrorisme qui endeuille la nation depuis plus d’un lustre. L’idée est, sans conteste, excellente. Mais l’approche mérite d’être peaufinée pour éviter que la solution, applaudie par presque tous, ne s’avère être un nouveau problème.

Workplace
Annonces
Workplace

Workplace

Dans les années 1990, quand les terroristes écumaient l’Algérie et ont tué des dizaines de milliers de personnes, les dirigeants de ce pays maghrébin ont trouvé l’idée d’armer les populations.  Handicapés dans leur logistique et dans leur organisation, incapables dorénavant de se déplacer en masse, les terroristes ont été obligés de se retrancher dans les maquis où ils étaient devenus vulnérables. C’était le début de leur échec cuisant.

Partant de cet exemple, il convient de saluer le principe de la généralisation de la guerre contre le terrorisme au Burkina Faso. Quelques individus armés de kalachnikovs arrivent à chasser plusieurs villages, parce qu’en face d’eux, il y a des citoyens aux mains nues. Mais ces terroristes ne pourront plus, ni traverser des contrées sans riposte et veille, ni même faire circuler leurs armes et matériels sans grande difficulté. Mieux, ils trouveront en face d’eux un nombre impressionnant de citoyens armés de courage et de patriotisme, armés de kalachs comme eux. Mais plus nombreux qu’eux !

Toutefois, il était opportun que les autorités sécuritaires fissent le bilan des premiers recrutements des VDP. Qu’est-ce qui était positif et qu’est-ce qui ne l’était pas ? Avaient-ils les moyens nécessaires de combattre ? Ne fallait-il pas créer des passerelles pour eux dans l’Armée ? Telles sont les questions auxquelles il aurait fallu apporter des réponses au préalable.

Qu’à cela ne tienne, des dispositions devront être prises pour que des terroristes ne s’infiltrent pas dans les rangs de ces vaillants VDP. Il faut œuvrer également à ce que toutes les communautés et toutes les régions se sentent pleinement impliquées dans le processus. En retour, aucune traitrise et aucun double jeu ne devraient être tolérés.Et que dire des dispositions à prendre pour éviter des règlements de comptes et des exactions ? 

Nous pensons qu’il est judicieux qu’un mécanisme de contrôle de l’action des VDP sur le terrain soit mis en place, et que ceux-ci soient formés à respecter les droits humains dans leur manière d’intervenir. Au-delà de ces questions, il se pose le fait que le nombre de VDP, 50.000, dépasse largement celui de l’armée, selon certains analystes des questions sécuritaires.

Ainsi, il faudrait éviter qu’il y ait une sorte d’armée parallèle qui échappe au contrôle du Chef de l’Etat, chef suprême des armées. En pareille situation malheureuse, des politiciens pourraient transformer ces VDP en miliciens politiques ou en grands électeurs, et nourrir des velléités de rébellion et de déstabilisation.

La solution pourrait donc consister à aller, certes rapidement au regard de l’urgence, mais de façon graduelle pour corriger au fur et à mesure les imperfections. Enfin, les conditions de vie des VDP doivent être substantiellement améliorées, comme nous l’avons maintes fois suggéré. Ces volontaires méritent la solidarité et tout le respect du peuple, pour lequel ils consentent des sacrifices jusqu’au stade suprême. Mais que l’on se le dise clairement : l’Etat à lui seul ne pourrait pas prendre en charge les 50.000 VDP. Il y aura des lourdeurs, des blocages, et un manque de moyens. Il faut penser à communautariser une partie de la prise en charge de ces VDP. Que les paysans cultivent par exemple les champs de ces VDP, que l’on se cotise des vivres pour eux, qu’il y ait d’autres facilités ou formes de soutien à l’échelle locale !

Par ailleurs, les communes dont relèvent les VDP pourront prendre également en charge les VDP en termes de maintenance des engins, de carburants et de frais divers. L’Etat interviendra pour la formation et la stratégie, le contrôle, la dotation en armes et en munitions, et la prise en charge des blessés et ayant-droits. Cela évitera beaucoup de problèmes à bien des égards, y compris les détournements et les éventuelles mutineries.

Un bon déploiement des VDP à l’échelle nationale est la garantie d’une victoire progressive du peuple sur ses ennemis. C’est pourquoi il faut y aller avec méthode et sincérité.

La Rédaction

(www.actualite.bf)

Workplace