Workplace

Décès de Soumane Touré : Le Premier ministre salue la mémoire d’un « grand combattant »

Dans la soirée du vendredi 26 mars 2021, le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, est allé présenter ses condoléances à la famille de Soumane Touré, décédé jeudi 25 mars 2021 à Ouagadougou, des suites de maladie. Il a salué « un grand combattant » qui aura marqué de sa « plus belle empreinte, plusieurs décennies de lutte pour la construction de notre pays et l’édification de la démocratie burkinabè ».

Homme de conviction ayant marqué la vie politique et syndicale du Burkina Faso depuis plusieurs décennies, Soumane Touré, jusque-là Secrétaire général du Parti de l’Indépendance, du Travail et de la Justice (PITJ) a tiré sa révérence, jeudi 25 mars 2021, de maladie, à l’âge de 73 ans.
Ce vendredi 26 mars 2021, le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, a fait le déplacement de la cour familiale de l’illustre disparu, sise au quartier Wemtenga, dans l’arrondissement 5 de Ouagadougou, pour présenter ses « condoléances les plus attristées » à la famille éplorée et aux camarades de Soumane Touré.

En ces moments douloureux, le Chef du Gouvernement a rendu un vibrant hommage, selon ses termes, à un « kôrô » dont “la vie aura été une source d’inspiration pour beaucoup”. A l’entendre, avec cette disparition, le Burkina Faso perd une grande bibliothèque de son histoire politique et syndicale.

« Grand combattant, tu es resté fidèle à tes convictions, marquant de ta plus belle empreinte, plusieurs décennies de lutte pour la construction de notre pays et l’édification de la démocratie burkinabè », a-t-il écrit, dans le livre des condoléances. Puis Christophe Joseph Marie Dabiré d’ajouter : « Soumane Touré, tu nous quittes à un moment où ta précieuse contribution était encore nécessaire pour conduire notamment, le processus de réconciliation nationale qui te tenait à cœur. Repose en paix, Soumane Touré ».

Tout compte fait, celui que la nation pleure aura assez impacter la vie politique et syndicale burkinabè. Cadre des assurances et ancien président du Parti Africain de l’Indépendance (PAI), Soumane Touré vient de quitter définitivement le monde politique burkinabè. Ancien député à l’Assemblée Nationale, il a été aussi un leader charismatique du monde syndical au Burkina Faso.

Cet ancien élève du lycée Ouézzin Coulibaly de Bobo-Dioulasso, a acquis des idées révolutionnaires. Après l’obtention de la licence en droit à l’Université de Dakar, Soumane Touré a choisi de se spécialiser en assurances en France. Il rentre plus tard au pays comme l’un des premiers cadres en assurances de Haute-Volta.
En août 1974, il devient inspecteur technique à la Société Nationale d’Assurances et de Réassurances (SONAR) où il va passer toute sa carrière professionnelle. Mais, l’homme sera vite mis à la retraite anticipée en l’an 2000, à cause de sa position tranchante.

Aux élections législatives de mai 2002, son ancien parti, le PAI, devient officiel et obtient cinq sièges à l’Assemblée Nationale.
Soumane Touré est élu député au parlement burkinabè. Le 15 août 2005, le PAI investit Soumane Touré à l’élection présidentielle du 13 novembre 2005. Cette investiture entraina la rupture des alliances et donc le départ des deux ministres du PAI du Gouvernement.

Source : DCRP/Primature

Workplace