Workplace

Coup d’Etat au Burkina : les partis de l’ex-CFOP prennent acte

Ceci est une déclaration du cadre de concertation de l’ex-chef de file de l’opposition (CFOP) sur le coup d’Etat du 24 janvier 2022.

La crise multisectorielle dans les domaines sécuritaire, économique et social qui secoue notre pays depuis 2015 a atteint un niveau de gravité sans précédent durant toute l’année 2021.


En dépit des multiples interpellations de l’ex- Chef de File de l’Opposition Politique (CFOP), le régime du président Roch Marc Christian Kaboré a été incapable d’apporter des réponses fortes aux préoccupations du peuple burkinabè.
C’est dans ce contexte que, dans la journée du 24 janvier 2022, des forces de défenses et de sécurité sont intervenues dans la vie politique de notre pays en mettant fin au régime en place.
Pour tout démocrate et républicain, les coups d’Etat sont par principe inacceptables. Cependant, en tant qu’acteurs politiques, conscients de leurs responsabilités en ces moments particuliers de l’histoire du Burkina Faso, les partis politiques de l’ex opposition politique, signataires de la présente :

  • Prennent acte du changement de pouvoir intervenu le 24 janvier 2022 à travers les premières déclarations officielles du Mouvement Patriotique pour la Sauvegarde et la Restauration (MPSR), ainsi que de la lettre de démission du Président du Faso ;
  • Marquent leur disponibilité à apprécier la vision qui leur sera soumise par le MPSR ;

QUE DIEU PROTEGE LE BURKINA FASO ET SON PEUPLE !

Ouagadougou, le 27 janvier 2022

ONT SIGNE :

Les partis politiques membres du cadre de concertation de l’opposition politique / Ex-CFOP

Workplace