Workplace

Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo pour une “réconciliation” avec Henri Konan Bédié

L’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo a entamé samedi une visite de 48 heures à Daoukro, fief de son ancien rival Henri Konan Bédié, en vue de conclure «un acte de réconciliation ».

Jadis adversaires et désormais alliés, les deux anciens présidents ivoiriens se sont rencontrés devant plusieurs centaines de militants et cadres de leurs partis, se donnant des accolades, marchant main dans la main, saluant la foule, et de s’asseoir côte à côte.

«L’acte que je pose en venant voir Henri Konan Bédié chez lui est un acte de réconciliation. C’est un acte de reconnaissance», a affirmé Laurent Gbagbo, dans une déclaration d’une trentaine de minutes.

«Je suis très heureux d’être à Daoukro. Au départ je ne voulais pas parler de politique aujourd’hui, mais est ce que le président Laurent Gbagbo peut venir rencontrer son aîné Henri Konan Bédié sans parler de politique ? Donc assumons de faire la politique. J’ai prévu de parler à un moment et je parlerai, car il faut se dire les vérités », a aussi lancé Laurent Gbagbo.

L’ancien chef de l’Etat a aussi critiqué le président Ouattara, pour son mandat contesté par l’opposition.

« Si on veut faire ce qui n’est pas écrire, on va faire beaucoup de chose (…) on peut décider que nous n’avons aucune Constitution et vivre comme ça. Mais si nous avons une Constitution, il faut se battre pour être du côté de la Constitution. Respectez les textes! » a-t-il lancé.

Pour la réconciliation, Laurent Gbagbo a exhorté les acteurs politiques à se dire les vérités. « Il faut se dire les vérités pour que les vérités guérissent. Je dirai les vérités qui doivent guérir », a-t-il assuré.

Cette visite, rendue à Henri Konan Bedié, est la toute première visite politique de Laurent Gbagbo, depuis son retour en Côte d’Ivoire, le jeudi 17 juin 2021.

Les deux leaders de l’opposition ivoirienne entendent ainsi donner un nouvel élan au processus de réconciliation nationale, alors que leurs partis respectifs se sont combattus pendant la crise de 2010-2011.

Le parti d’Henri Konan Bedié, le PDCI-RDA était allié au RDR du président Alassane Ouattara.

Mais les deux partis se sont séparés suite à des divergences d’idées lors de la mise en place du RHDP (rassemblement des Houphouetistes pour la démocratie et la paix).

Cette visite pourrait aussi poser les bases d’une alliance consolidée entre le parti Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté (EDS) et le PDCI, en vue des prochaines élections locales, en 2023, et de la présidentielle de 2025.

Agence Anadolu

Workplace